SNCF : dialogue de sourds entre gouvernement et syndicats

Les syndicats sont déçus à l'issue d'une nouvelle séance de discussion au ministère des Transports ce vendredi 6 mars. C'est pourquoi ils veulent durcir le mouvement. 

FRANCE 3

Les représentants de la CGT et de la CFDT arrivent ensemble, à deux pas du ministère des Transport. Dans cette petite pizzeria, les cinq syndicats représentatifs de la SNCF ont partagé un repas et pas mal de revendications. À la sortie, c'est tous ensemble qu'ils s'apprêtent à reprendre les discussions avec la ministre des Transports.

Trois heures de discussions

Les discussions avaient duré plus de 6 heures hier soir, mais ce vendredi 6 mars après-midi, 3 heures auront suffi pour faire le constat de l'échec de ces discussions avec Élisabeth Borne. Ce matin encore, pourtant, la ministre semblait y croire : "Je pense que c'est plus utile pour les cheminots de passer des journées à discuter que d'appeler à une grève qui est pénalisante pour les usagers", a déclaré la ministre sur Franceinfo. Mais pour les syndicats, discuter c'est bien, négocier, ce serait mieux. À la sortie du ministère, les uns et les autres ne cachaient pas leur déception. Le statut des cheminots représente toujours ce soir le principal point de crispation. Le mouvement pourrait se durcir et durer au-delà du mois de juin.

Le JT
Les autres sujets du JT
La SNCF est endettée à hauteur de 50 milliards d\'euros.
La SNCF est endettée à hauteur de 50 milliards d'euros. (ERIC CABANIS / AFP)