SNCF : à la gare de Bordeaux, l'économie touchée

La Confédération des petites et moyennes entreprises vient de tirer le signal d'alarme : selon elle, la grève à la SNCF a des conséquences économiques. Et touche les professions du commerce proches des gares.

France 3

En gare de Bordeaux (Gironde), le hall est vide pour cette quatrième journée de grève. Faute de voyageurs, l'impact sur le commerce est redoutable. "Aujourd'hui j'ai eu trois clients depuis 7 heures, et là il est 10 heures, donc ça fait un peu long", explique cette vendeuse. Et ce vendeur d'ajouter : "On a des petites vagues de clients, mais ça reste très calme". Un manque à gagner qui affecte tous les magasins et restaurants de la gare, plus d'une vingtaine au total.

Diificultés pour l'hôtellerie

À l'extérieur, ce n'est pas plus encourageant. "Une dizaine de clients depuis ce matin 6h30, c'est assez mort", selon cette commerçante. Et d'estimer que les perturbations actuelles pourraient lui coûter "au moins 60% de (son) chiffre d'affaires". L'hôtellerie anticipe pour sa part un taux d'occupation en baisse de 10% pour le mois d'avril. 80% de TGV en moins : pour les chauffeurs de taxi, la grève a aussi beaucoup d'impact.

Le JT
Les autres sujets du JT
La SNCF lance une grand consultation auprès de 40 000 voyageurs et de ses 250 000 salariés, samedi 22 juillet.
La SNCF lance une grand consultation auprès de 40 000 voyageurs et de ses 250 000 salariés, samedi 22 juillet. (THIBAUD MORITZ / MAXPPP)