Cet article date de plus d'un an.

Réforme des retraites : "Je ne comprends pas pourquoi l'on évoquerait le 49.3", affirme Agnès Buzyn

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, était l'invitée du 8h30 de franceinfo.

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé "ne voit pas", lundi 13 janvier sur franceinfo, "l'intérêt" d'utiliser le 49.3 pour faire passer en force la réforme des retraites au parlement. Selon elle, le débat "n'a pas de raison de s'enliser", car "c'est une très belle réforme""Je ne comprends pas pourquoi l'on évoquerait le 49.3 aujourd'hui. Nous souhaitons que le parlement s'empare de ce débat", assure-t-elle.

Un débat démocratique qu'elle juge "nécessaire" pour une réforme qui, selon elle, concerne "cent pour cent" des Français. "La totalité, chacun d'entre nous, va s'inscrire dans cette réforme. C'est une réforme de solidarité entre tous les Français. C'est une magnifique réforme", assure-t-elle.

Plusieurs pistes pour l'équilibre financier

Le Premier ministre propose de retirer provisoirement l'âge pivot. Pour atteindre l'équilibre financier du système des retraites, plusieurs pistes sont sur la table des négociations entre partenaires sociaux. Parmi elle, une hausse des cotisations des plus hauts revenus évoquée par l’UNSA. Une piste possible ? "Nous laissons la main aux partenaires sociaux. Ce n'est pas à moi de le dire", a-t-elle indiqué. "Maintenant, la palette de possibilités est importante. Certaines ne trouveront certainement pas une majorité. Certains voudront augmenter les impôts. Je ne suis pas certaine qu'une mesure de ce type-là trouve une majorité", a-t-elle estimé.

Selon elle, "tout ce qui n'est pas clairement dans la lettre de cadrage" du Premier ministre "n'est pas exclu" a-t-elle précisé. Mais la ministre de la Santé n'y est pas favorable à une "taxe supplémentaire", car un impôt supplémentaire n’est "pas aujourd'hui à l'ordre du jour", assure-t-elle. "Et je ne pense pas que nous trouverons une majorité, c'est à dire un consensus, un compromis sur cette taxation", a-t-elle estimé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grève à la SNCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.