"On a fait un peu mieux que l'année dernière, on n'a pas vraiment souffert" : ces quelques commerces de proximité qui ont profité de la grève

Alors que la grève contre la réforme des retraites a eu jusqu'à présent un impact sur le chiffre d'affaires de plusieurs commerces, notamment les hôtels et restaurants du centre de Paris, d'autres boutiques ont, au contraire, bénéficié du mouvement social.

Deux passantes devant une vitrine de boutique décorée pour les fêtes de fin d\'année. 
Deux passantes devant une vitrine de boutique décorée pour les fêtes de fin d'année.  (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

En décembre, les grèves ont profité aux magasins de proximités. Bruno Lemaire a annoncé vendredi 3 décembre que les centres commerciaux accusent une baisse de fréquentation de 12% en Ile-de-France à la fin 2019. Mais ce n'est pas le cas des enseignes de proximité qui affichent, pour certains, de meilleurs résultats que l'an dernier.

"Je pensais que c'était mal parti à cause des grèves et de la morosité ambiante mais finalement, on a sauvé le mois de décembre, on a fait un peu mieux que l'année dernière donc on n'a pas vraiment souffert de la grève", témoigne Marianne, gérante d'un magasin de jouets à Boulogne-Billancourt. Selon la commerçante, les Boulonnais sont davantage "restés sur place pour acheter chez leurs commerçants au lieu d'aller sur Paris."

J'ai eu du monde, je suis dans mes estimationsMickaël, gérant d'une boutique dédiée à la pop cultureà franceinfo

Toujours à Boulogne-Billancourt, une boutique fraîchement ouverte, dédiée à la pop culture, a également réalisé un chiffre d'affaires satisfaisant pour son gérant. "J'ai eu du monde, je suis dans mes estimations. J'ai fait autour de 30 000 euros, ça reste un chiffre d'ouverture de boutique correct, proche de ce que j'espérais", affirme Mickaël, le gérant.

On essaye de maintenir ces commerces parce que c'est important pour notre qualité de viePatrick, un Boulonnaisà franceinfo

Les Boulonnais ont, pour beaucoup, évité autant que possible de se confronter aux problèmes de transport pendant le mois de décembre. "Même quand ce n'est pas la grève, je ne vais pas souvent à Paris mais là, avec la grève, c'était hors de question", raconte Marie. Pour cette Boulonnaise, il était "plus pratique" de faire ses courses de Noël sur place, près de son lieu de travail.

Même chose pour Patrick qui, de toute façon, préfère soutenir les boutiques près de chez lui : "A Boulogne, on a beaucoup de choix, il y a suffisamment pour trouver ce dont on a besoin. On essaye de maintenir ces commerces parce que c'est important pour notre qualité de vie." Patrick assure ne pas aller souvent à Paris, "en tout cas, pas pour faire des achats".

Les commerces de proximité, les grands gagnants de la grève - Un reportage de Xavier Grumeau
--'--
--'--