Cet article date de plus de deux ans.

Grève à la SNCF : la CGT-Cheminots dénonce une "provocation" après une réunion au ministère des Transports

La CGT-Cheminots est sortie très remontée après une table ronde entre gouvernement, patronat et syndicats, ce vendredi après-midi. Le matin, le syndicat avait annoncé qu'il souhaitait poursuivre la grève en juillet.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Laurent Brun répond à la presse, à Paris, le 3 mai 2018.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Le conflit à la SNCF se poursuit. Le secrétaire général de la CGT Cheminots, Laurent Brun, est sorti vendredi 15 juin "extrêmement déçu" de la réunion tripartite gouvernement, patronat, syndicats qui s'est tenue au ministère des Transports, dénonçant une "pantalonnade", une "véritable réunion de provocation".

Après avoir annoncé le matin la poursuite du mouvement de grève à la SNCF au mois de juillet, il a estimé ne pas avoir perçu l'existence de "solutions de sortie" de crise dans cette rencontre. "Dans les mois qui viennent, les cheminots sauront être à la pointe de la contestation de ce gouvernement", a-t-il insisté.

Erik Meyer, secrétaire fédéral de SUD Rail, a assuré de son côté que "les grévistes continueront à mettre la pression le temps nécessaire pour être entendus et que s'ouvrent enfin de vraies négociations." "Le gouvernement refuse le dossier et passe le bébé au patronat du ferroviaire et aux organisations syndicales", a-t-il regretté, en référence à cette réunion qui visait à jeter les bases d'une nouvelle convention collective dans la branche ferroviaire pour les salariés qui n'auront pas été embauchés au statut.

L'unité syndicale fragilisée

Erik Meyer a rappelé également que "les conditions et les modalités de la grève de cet été n'ont pas été définies". Son syndicat défend le principe de grèves ciblées sur "des dates importantes qui font sens pour les cheminots".

A l'inverse, Roger Dillenseger, secrétaire général de l'Unsa ferroviaire, a relevé pendant ces presque trois heures de réunion "des éléments importants que nous allons soumettre à nos structures". Disant ressentir un "a priori favorable de cette réunion", il a jugé "plutôt positive" l'intervention de l'Union des transports publics et ferroviaires (UTP, patronat du secteur).

Interrogé sur l'unité de l'intersyndicale, les trois ont reconnu qu'elle ne tiendrait peut-être pas. La réforme ferroviaire a été définitivement adoptée jeudi par le Parlement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.