La SNCF prévoit un TGV sur sept, un TER et un Transilien sur cinq pour la journée de mercredi

Le Premier ministre a choisi de répondre avec un ton offensif aux grévistes, lors de la séance de questions au gouvernement.

Une employée de la SNCF, durant la grève du 22 mars 2018, en gare de Lyon.
Une employée de la SNCF, durant la grève du 22 mars 2018, en gare de Lyon. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)
Ce qu'il faut savoir

La direction de la SNCF prévoit une nouvelle journée difficile, mercredi 4 avril, "à peu près conforme" à celle de mardi, premier jour de mobilisation des cheminots. Un TGV sur sept devrait circuler mercredi 4 avril , ainsi qu'un TER et un Transilien sur cinq.

Edouard Philippe entend aussi "ceux qui veulent travailler". Edouard Philippe a déclaré entendre "autant les grévistes" que "ceux qui veulent aller travailler", mardi 3 avril à l'Assemblée nationale, saluant les "clients et usagers de la SNCF" qui ont "des jours difficiles" à l'occasion des grèves.

Des heurts près de la gare de l'Est. Des incidents ont éclaté lors de la manifestation parisienne. Des affrontements ont eu lieu entre quelques manifestants cagoulés en tête de cortège et les CRS. Des bombes lacrymogènes ont été lancées et des commerces ont été dégradés sur le parcours, entre la gare de l'Est et la gare Saint-Lazare.

Deux blessés à la gare de Lyon. Une marée humaine a envahi les quais de cette gare parisienne, provoquant des chutes. Deux personnes ont été blessées, a annoncé la direction de la SNCF en fin d'après-midi, "en particulier une dame qui a une blessure au niveau du crâne".

Un taux de grévistes de 34%. La direction de la SNCF a annoncé au total 33,9% de grévistes "en milieu de matinée", au premier jour de mobilisation contre la réforme. Le taux de participation à la grève était de 35,4% le 22 mars dernier, lors d'une précédente journée de contestation. "Cependant, les agents indispensables à la circulation des trains ont un taux de suivi très supérieur au 22 mars : 48%, contre 36%." Les personnels d'exécution sont en grève pour 44%, les agents de maîtrise pour 40% et l'encadrement pour 17%.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #SNCF

23h54 : "La somme sera répartie au prorata des voix obtenues par chaque syndicat aux élections professionnelles."

L'initiateur de la cagnotte en ligne pour soutenir les cheminots explique à notre journaliste Mathilde Goupil comment les fonds recueillis vont être versés aux grévistes.

21h31 : Non, amende pour traversée de voie.. 150 euros.. Il faut que Le Parisien mette ses informations à jour.. 45 c'était avant... Ensuite c'est passé à 50 mais maintenant c'est 150e.

21h30 : Dans les commentaires, @Midiouminuit me signale que la contravention encourue pour ceux traversant les voies en gare est désormais de 150 euros (auxquels il faut ajouter 50 euros de frais de dossier, selon ce document). Merci à lui pour cette précision à la suite de ce message.

21h21 : Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, estime que "l'herbe est sèche" sur le front social, avec "plein de points de conflit", "donc il ne faut pas grand chose pour que cela brûle". Mais "c'est pas parce que vous avez plusieurs points de conflit qu'obligatoirement cela coagule", selon lui.

21h14 : "Deux jours de grève, puis trois jours de non-grève, puis ensuite deux jours de grève, c'est probablement le schéma qui est le plus perturbateur pour l'organisation du transport ferroviaire."

Lors de son direct hebdomadaire sur Facebook, le chef du gouvernement a estimé que le format de la grève lancée aujourd'hui était "celui qui a un impact le plus important et le plus gênant sur les Français qui ont besoin ou veulent utiliser le train".

21h05 : @Le Grinch : Jeudi, la circulation des TGV sera "quasi normale", selon la SNCF. Entre la moitié et les deux tiers des Intercités seront assurés. En moyenne, entre deux tiers et trois quarts des bus et trains circuleront sur les lignes TER. Les lignes A, B, N et R seront normales sur le Transilien, un train sur deux sera en circulation sur la ligne E, et deux trains sur trois rouleront sur les autres lignes du Transilien.

21h07 : Bonsoir, pensez-vous que les trains circuleront normalement jeudi et vendredi conformément au calendrier de grève, ou que le trafic sera toujours perturbé ?

20h39 : France 5 diffuse la séquence dans laquelle Jean-Luc Mélenchon a accusé, cet après-midi, les médias de "faire un travail de merde" et de "salir les grévistes".




20h34 : Après que des voyageurs ont traversé les voies à la gare de Lyon, à Paris, Le Parisien répond à la question que vous vous posez peut-être : que risque-t-on à contourner ainsi la foule ? Les textes prévoient une addition de 45 euros infligée par la SNCF et jusqu'à 3 750 euros d'amende et six mois de prison.

19h07 : "C'est vous les médias qui faites un travail de merde. Vous salissez les grévistes."

Dans le cortège parisien, interrogé par un journaliste de France 5, Jean-Luc Mélenchon s'en est pris aux médias, qu'il a accusés de "faire une campagne de harcèlement contre les grévistes".

19h00 : Jean-Luc Mélenchon se fend même d'un communiqué pour démentir "formellement avoir été mal accueilli dans la manif cheminots gare de l'Est". BFMTV diffuse toutefois des images où l'on voit le député "insoumis" se faire insulter dans le cortège.

18h57 : Après que l'AFP a écrit que Jean-Luc Mélenchon avait été "exclu par des manifestants" dans un cortège à Paris, aujourd'hui, le leader de La France insoumise dénonce une "pure invention".

18h23 : "On pense qu'il y a un sous-comptage des agents sédentaires grévistes."

La CFDT qualifie de "très étonnants" les chiffres communiqués par la SNCF sur le nombre de grévistes aujourd'hui. Même son de cloche du côté de Sud-Rail, qui estime que la direction "se décrédibilise complètement".

17h48 : A la gare de Lyon, "des clients ont eu du mal à marcher le long d'un quai à l'arrivée d'un RER D et ont été amenés à traverser les voies (...)", a précisé Alain Krakovitch, directeur général du Transilien. Conséquence : deux personnes ont été blessées, dont une femme qui "a eu une blessure au niveau du crâne".

17h37 : Madeline Fuhrman, une jeune chanteuse américaine de 24 ans, a publié sur YouTube une chanson intitulée Ma chère SNCF, rapporte France Bleu Occitanie. Dans la vidéo en partie tournée devant la gare Matabiau de Toulouse, où elle se dit coincée, Madeline s'interroge sur le mouvement de grève à la SNCF.

17h20 : "Nous avons pour demain une situation conforme à celle d'aujourd'hui. Pour jeudi, nous aurons un trafic quasi normal", annonce la SNCF dans son point-presse, précisant qu'il est pour mercredi "mieux de reporter son trajet si c'est possible".

17h05 : Le trafic sera encore très perturbé demain avec 1 TGV sur 7, un TER et un Transilien sur 5, annonce la direction de la SNCF.

16h34 : Une manifestation est en cours à Paris, avec des cheminots et des étudiants. Partis de la gare de l'Est, ils doivent rallier la gare Saint-Lazare. L'ambiance est tendue, avec des dégradations et des affrontements entre les CRS et certains manifestants cagoulés.

16h20 : La grève risque de durer à la SNCF. Afin d'aider les grévistes à tenir financièrement la distance, une trentaine d'intellectuels ont lancé une cagnotte afin de recueillir des dons de particuliers. A 15 heures, la cagnotte comptait déjà plus de 100 000 euros. Plus d'infos ici.




(NEDIM ABAZ / ANADOLU AGENCY / AFP)

16h11 : "Situation alarmante", coûts exorbitants, statut des cheminots "inchangé"... Le gouvernement dit-il vrai sur la situation de la SNCF ? Franceinfo a analysé quelques déclarations.




(YOAN VALAT / EPA)

15h46 : "Nous mettons 22% en plus d'argent public aujourd'hui qu'il y a dix ans et pourtant nous avons tous le sentiment, à juste titre, que la qualité du service se dégrade. Le statu quo dans lequel nous sommes installés n'est pas tenable." Si vous avez raté l'intervention du Premier ministre, Edouard Philippe, à l'Assemblée nationale, vous pouvez la retrouver ci-dessous :

15h42 : Des cheminots syndiqués à la CGT ont organisé une manifestation devant les locaux de BFMTV, situés près de la porte de Versailles à Paris, pour protester contre "la désinformation", selon le tweet du secrétaire général du syndicat CGT des cheminots de Paris, Berenger Cernon.

15h33 : "Nous sommes à mi-chemin de la concertation (...) Le gouvernement est déterminé à mener cette réforme dans le dialogue et la concertation".

C'est ce qu'a réaffirmé, à propos de la réforme de la SNCF, Elisabeth Borne, la ministre des Transports, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

15h20 : Le Premier ministre, Edouard Philippe, a encore assuré que "le statu quo à la SNCF" n'est "pas acceptable".

15h19 : "Les millions de Français qui veulent se déplacer doivent être entendus ! Je respecte les grévistes (...) mais j'entends autant les grévistes que ceux qui veulent continuer à aller travailler".

Interrogé à l'Assemblée nationale sur la grève à la SNCF, le Premier ministre Edouard Philippe a dénoncé une grève qui a "été organisée pour porter un impact maximal aux usagers".


15h13 : Le Premier ministre, Edouard Philippe, dit entendre "autant les grévistes que ceux qui veulent aller travailler".

15h02 : Il n'imagine pas "que ce mouvement dure trois mois". Interrogé par franceinfo, Benoît Simian, député LREM de la 5e circonscription de Gironde et ancien cadre à la SNCF, assure ne "pas bien" comprendre ce mouvement de grève.

14h38 : Les députés socialistes estiment que la grève à la SNCF aurait pu être évitée sans "un certain nombre de provocations" du gouvernement sur le recours aux ordonnances ou le statut des cheminots. "Ce que nous contestons, c'est bien souvent la méthode choisie par le gouvernement", a déclaré Boris Vallaud, un porte-parole des députés socialistes, lors d'un point-presse.

14h21 : Une double rame a quitté Metz ce matin à 6h50.En tout 120 passagers pour une capacité de près de 800 places. cherchez l'erreur... Une photo de la voiture 16 au départ

14h23 : "Du coup je suis quasi seul dans mon wagon direction Montparnasse. Et cerise sur le gâteau… départ pile à l’heure !" Fabien Lainé, député MoDem des Landes, a "tenté le coup" en prenant, ce matin, à Bordeaux un train en direction de la gare Montparnasse, à Paris, rapporte Sud Ouest. Finalement, son train est bien parti et à l'heure en plus. Il semble qu'il ne soit pas le seul à avoir voyagé dans ces conditions, comme en témoigne cette photo transmise par l'un de nos internautes.

14h20 : Un rassemblement de cheminots grévistes mais aussi d'étudiants ou encore de salariés d'Air France est en cours devant la gare de l'Est, à Paris, comme en témoigne ce tweet de la conseillère de Paris et membre de La France insoumise Danielle Simonnet.

13h28 : Bonjour @anonyme, vous me donnez l'occasion d'évoquer ces cheminots qui n'ont pas l'obligation de se déclarer grévistes à l'avance : ils sont 39% à être grévistes chez les agents du réseau, 43% chez les agents du matériel, 28% chez les agents commerciaux et 15,5% chez les personnels administratifs. Il faut également retenir que les agents indispensables à la circulation des trains ont un taux de suivi très supérieur au 22 mars : 48% contre 36%.

13h19 : J’ai un peu de mal a comprendre: vous annoncez 33,9% de grevistes au total, alors que quand vous detaillez par categorie de salarie, aucune n’est en dessous de 39%. Y a t il d’autres categories de salaries que vous n’evoquez pas et qui seraient tres minoritairement grevistes??

13h07 : Dans le détail, 77% des conducteurs sont en grève, 69% pour les contrôleurs, 39% pour les aiguilleurs et 40% pour les agents d'escale. Lors du précédent mouvement de grève, le 22 mars, les grévistes représentaient 35,4% des salariés de l'entreprise, selon la direction.

13h00 : 33,9% des salariés de la SNCF sont en grève aujourd'hui, annonce la direction de l'entreprise.

12h30 : Voici quelques conseils de lecture pour ce début d'après-midi :

Le reportage de notre journaliste Raphaël Godet sur les paysans "squatteurs" de Notre-Dame-des-Landes qui cultivent l'espoir, malgré la menace d'expulsion.

Notre article sur la grève à la SNCF : nous avons passé au crible quatre idées reçues sur le service minimum.

Covoiturage, autocars, stop... Dans notre article, nous vous expliquons les alternatives pour vous déplacer pendant la grève.

12h24 : "Est-ce qu'ils seront capables de tenir par rapport à une grève longue si tant est qu'elle soit longue ?", s'interroge, sur France 2, Dominique Bussereau, ancien ministre des Transports, à propos du gouvernement actuel. Ce dernier estime qu'"il faut, quand il y a une grève, ne jamais attaquer les grévistes".

12h05 : Bonjour @anonyme, comme vous l'explique ce sujet de France 3, il y a bien des retenues sur les salaires des grévistes, mais la direction de la SNCF et les syndicats sont actuellement en désaccord sur le calcul de ces retenues. Dans tous les cas, la perte de salaire sera conséquente pour les salariés prenant part au mouvement : un cheminot faisant grève et gagnant près de 2 500 euros net par mois pourrait perdre entre 80 et 116 euros par jour de grève, selon les calculs de France 3.