Cet article date de plus d'un an.

Canicule : "Les installations ferroviaires ne sont pas dimensionnées pour résister à ce genre d’aléas"

Alors que vingt départements sont placés en alerte rouge canicule et que la SNCF préconise aux voyageurs de décaler leur départ prévu jeudi, le secrétaire général du syndicat de cheminot revient sur l'état des infrastructures ferroviaires françaises. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
En cas de fortes chaleurs les rails se dilatent.  (OLIVIER BOITET / MAXPPP)

En cette période de canicule, vingt départements sont placés en vigilance rouge pour la canicule jeudi 25 juillet. Par mesure de précaution, la SNCF conseille à ses utilisateurs de reporter leur voyage dans les départements concernés par cette vigilance. "Il y a une nouveauté, c’est cette canicule, c'est ce réchauffement climatique", explique Bernard Aubin, le secrétaire général du syndicat FIRST (syndicat de cheminots), sur franceinfo.

franceinfo : Nos trains, nos infrastructures ne sont pas taillés pour supporter de telles chaleurs ?

Bernard AubinLe voyageur pourrait presque caricaturer la situation en disant : "à la SNCF quand il neige on ne roule pas, en automne il y a des feuilles sur les rails et maintenant en été on ne roule plus non plus". Il est vrai que pour l’instant, il y a des maux auxquels on peut remédier parce qu’ils sont connus. Mais il y a une nouveauté, c’est cette canicule, c’est ce réchauffement climatique. Les installations ferroviaires ne sont pas dimensionnées pour résister à ce genre d’aléas, parce qu’en France jusqu’à présent on n’a pas connu de telles variations de températures. Le chemin de fer c’est de la mécanique, ce sont des voies qui sont soumises à des amplitudes thermiques, donc des rails qui travaillent et peuvent se déformer quand les amplitudes sont trop importantes et ça n’a pas été calculé pour. Il y a un deuxième aspect, c’est que les installations électriques et électroniques sont beaucoup plus sollicitées. Les climatisations elles-mêmes dans les trains ne sont pas non plus dimensionnées pour lutter contre ce genre de réchauffement.

C’est extrêmement sollicité, donc à un moment ça peut casser et c’est le risque que veut anticiper la SNCF en demandant aux voyageurs de reporter leur voyage.

Bernard Aubin

à franceinfo

Les caténaires sont aussi touchées, n’est-ce pas ?

Les caténaires, c’est comme les rails, c’est de la mécanique, ça se dilate. Rappelez-vous de vos leçons de biologie en 4e, la dilatation des métaux, ça se dilate sous l’effet du soleil et ça se contracte la nuit, donc ça travaille beaucoup. Ça peut sortir des normes, d’ailleurs, et puis très rapidement il peut y avoir des incidents. Les pantographes, ces appareils qui servent à alimenter les trains en électricité, peuvent passer à côté des caténaires, etc. Il peut y avoir des impacts de cette chaleur sur tous les éléments qu’ils soient électroniques, électriques ou mécaniques.

Quels sont les risques ? Que les trains déraillent et c’est pour ça que les trains roulent moins vite en ce moment ?

Que les trains déraillent, la SNCF connaît quand même bien son boulot. C’est-à-dire que s’il n’y avait pas de maîtrise de la situation, effectivement on pourrait aboutir à un déraillement. Mais, heureusement, on a des experts qui connaissent les lois de la physique et qui savent pertinemment qu’au-delà de certaines amplitudes thermiques il faut prendre des mesures, dont peut-être le fait de ralentir la vitesse des trains pour ne pas trop solliciter les infrastructures qui sont déjà sollicitées par le soleil.

Est-ce que des projets sont à l’étude pour améliorer ces infrastructures ?

Effectivement, la SNCF quand elle est confrontée à un nouveau problème est obligée d’y réfléchir et ensuite de mettre un certain nombre de choses en œuvre. N’oubliez pas non plus que le matériel a été calculé, programmé, par rapport à des données que nous connaissions à l’époque, et nous n’avions pas intégré, à ce moment-là, le fait que la température allait se réchauffer. Donc, maintenant, c’est aux ingénieurs de la SNCF de prendre en compte ces nouvelles données mais il faudra attendre un délai de quelques années pour se mettre à niveau, c’est évident.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.