Alstom : une usine alsacienne menacée ?

La SNCF a préféré le constructeur espagnol CAF au français Alstom pour une commande de 28 trains, dans le cadre d'un contrat à 700 millions d'euros. Les syndicats sont inquiets. Les précisions de la journaliste Angélique Étienne, en duplex depuis l'usine Alstom de Reichshoffen (Bas-Rhin).

FRANCE 2

La nouvelle de la perte du contrat SNCF à 700 millions d'euros au profit de l'industriel espagnol CAF a fait l'effet d'une douche froide chez les salariés d'Alstom. "C'est en tout cas l'inquiétude qui prédomine chez les syndicats, même si Bercy, mercredi 18 septembre au soir, annonce suivre ce dossier de près et rester vigilant en termes d'emplois. Sur ce site qui fait travailler 800 personnes, 1 400 en comptant les intérimaires et les sous-traitants, qui sont souvent les premiers concernés par des réductions d'effectifs, le carnet de commandes ne cesse de se réduire", indique la journaliste Angélique Étienne, en duplex depuis l'usine Alstom de Reichshoffen (Bas-Rhin).

Cinq à six années de travail de perdues

"Les baisses d'activité ont déjà commencé et devraient continuer en 2020, avec un creux de charge annoncé de neuf mois. C'est pourquoi les syndicats comptaient beaucoup sur cette commande de 100 rames, ce qui représente cinq à six années de travail. Les syndicats avaient contacté la ministre des Transports début septembre pour annoncer que sans cette commande, le coup pourrait être fatal pour l'unité alsacienne", conclut-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'usine d\'Alstom transport à Reichshoffen (Bas-Rhin), le 19 décembre 2016.
L'usine d'Alstom transport à Reichshoffen (Bas-Rhin), le 19 décembre 2016. (PATRICK HERTZOG / AFP)