VIDEO. "On est sur une dynamique de recentralisation" : un gilet jaune explique les raisons de sa colère

Rémi est venu de Montpellier pour manifester avec les "gilets jaunes" à Paris le 8 décembre. Il en explique les raisons à Brut.

BRUT

Environ 136 000 personnes se sont à nouveau réunies dans toute la France ce samedi 8 décembre lors des manifestations des "gilets jaunes". Parmi les manifestants présents sur les Champs-Élysées, Rémi, un Montpelliérain venu exprimer sa colère à Paris et qui espère avant tout "une révolution institutionnelle, que les institutions donnent vraiment la décision politique au peuple, et qu'on rapproche la décision politique du peuple." Le gilet jaune déplore notamment qu'Emmanuel Macron "enlève des ressources aux collectivités territoriales. […] On avait des élus locaux qui étaient puissants, qui pouvaient produire de la décision et aujourd'hui on voit bien qu'on est sur une dynamique de recentralisation."

Une série de mesures annoncée

Pour Rémi, le mouvement des "gilets jaunes" aura permis à "toute une partie de la population qui refusait les institutions, qui n'allait plus voter, qui rejetait la classe politique", de se mobiliser pour reprendre en main "sa capacité à décider". Le manifestant estime que "la colère peut-être, momentanément, retombera mais si on ne va pas vers là, je pense qu'on reverra des épisodes comme ça." Face à la gronde qui sévit depuis plus de trois semaines, Emmanuel Macron a annoncé, ce lundi 10 décembre, une série de mesures parmi lesquelles une augmentation de 100 euros par mois pour les personnes au SMIC, l'annulation partielle de la CSG pour certains retraités et une défiscalisation des heures supplémentaires. Le chef de l'État a également incité les entreprises à verser une prime de fin d’année à leurs employés.

VIDEO. \"On est sur une dynamique de recentralisation\" : un gilet jaune explique les raisons de sa colère
VIDEO. "On est sur une dynamique de recentralisation" : un gilet jaune explique les raisons de sa colère (BRUT)