Cet article date de plus d'un an.

Taxation des "superprofits" : Manuel Bompard et David Amiel seront co-rapporteurs de la mission flash qui débutera en septembre

Des auditions seront réalisées tous les mardis jusqu'à fin octobre. Elles concerneront notamment trois secteurs : l'énergie, le carburant et le fret maritime.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Manuel Bompard, à Paris, le 21 juin 2022. (JULIEN DE ROSA / AFP)

Rectificatif : C'est bien le député La France insoumise (LFI) Manuel Bompard, et non Éric Coquerel comme annoncé dans un premier temps, qui sera co-rapporteur de la mission flash sur la taxation des superprofits aux côtés de David Amiel, député LREM.


Le député La France insoumise (LFI) Manuel Bompard et celui de la majorité (LREM) David Amiel seront les deux co-rapporteurs de la mission flash sur la taxation des superprofits, a appris franceinfo à l'université d'été de LFI dans la Drôme.

>> Pourquoi les gigantesques profits de Total font-ils grincer des dents ?

Lancée par la nouvelle commission des finances de l’Assemblée nationale, présidée par Eric Coquerel, cette mission flash doit commencer début septembre et s'achever fin octobre. Des auditions seront réalisées tous les mardis. Elles concerneront notamment trois secteurs : l'énergie, le carburant et le fret maritime.

5,7 milliards d'euros de profits pour TotalEnergies 

Depuis juillet, à l'occasion de l'examen du budget rectificatif pour 2022, la question d'une taxe sur les bénéfices des grandes entreprises qui ont profité de la reprise économique post-Covid et de l'inflation émerge dans les rangs de l'Assemblée. En 2022, le groupe français TotalEnergies a plus que doublé son bénéfice net au deuxième trimestre, avec 5,7 millliards d'euros de profits. Le géant pétrolier est accusé de profiter de la guerre en Ukraine, alors que les prix des carburants pèsent sur le budget des automobilistes.

LFI a aussi lancé une pétition pour introduire une taxe sur les superprofits, rejetée de peu au Parlement début août, lors de l’examen du projet de loi de finances rectificative pour 2022.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.