"Gilets jaunes" : une infirmière désemparée témoigne

France 3 a rencontré une infirmière libérale, qui prend sa voiture tous les jours pour rencontrer ses patients dans la Nièvre. Elle s'inquiète de la hausse du prix des carburants.

Voir la vidéo

Une visite à domicile pour une piqûre d'insuline. Clémence Vaillant est infirmière libérale. De telles interventions, elle en fait entre 25 et 30 par tournée. Quelques minutes avant de reprendre la route, et les kilomètres s'accumulent au compteur. Conséquence : un passage à la pompe au moins une fois par semaine. Depuis deux ans, la facture ne fait qu'augmenter.

Des indemnités pas réévaluées depuis six ans

Si les charges d'essence augmentent, les tarifs, eux, sont déterminés par la Sécurité sociale et n'ont pas été revus depuis près de six ans. Pour le déplacement, Clémence Vaillant touche 2,50 € d'indemnités par domicile. Pourtant, les visites font partie de ses missions et répondent à un besoin des patients. Pour compenser la hausse du prix des carburants, les syndicats infirmiers souhaiteraient bénéficier de compensations fiscales et continuer à assurer un service essentiel sans pénaliser leur activité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le superéthanol n\'est proposé que dans 1 000 stations-service en France, comme ici dans la banlieue de Bordeaux. 
Le superéthanol n'est proposé que dans 1 000 stations-service en France, comme ici dans la banlieue de Bordeaux.  (PIERRE ANDRIEU / AFP)