"Gilets jaunes" : 1 500 points de blocage et une marche vers l'Élysée

En France, mais aussi à Paris, les mouvements des "gilets jaunes" se précisent. Les journalistes Théo Soumet à Avignon (Vaucluse) et Christelle Méral à Paris font le point sur les rassemblements prévus samedi 17 novembre.

Voir la vidéo
France 2

Samedi 17 novembre s'annonce être une journée difficile un peu partout en France. "Ce sont 1 500 actions qui sont attendues", précise Théo Souman en direct d'Avignon (Vaucluse). "Il s'agira de barrages filtrants, d'opérations escargot, du blocage de certains dépôts pétroliers ou encore du blocage des accès aux grandes zones commerciales et aux autoroutes. C’est par exemple ce que les 'gilets jaunes' ont prévu ici au nord d'Avignon dès demain [samedi 17 novembre] matin", précise le journaliste.

Annuler ses déplacements

Néanmoins pour l'instant personne ne sait vraiment à quoi s'attendre, car "sur ces 1 500 actions envisagées, seulement une centaine a fait l'objet d'une déclaration officielle en préfecture. Les autorités s'attendent tout de même à un trafic fortement perturbé et, ce soir, [vendredi 16 novembre] plusieurs sociétés d'autoroute conseillent vivement à leurs clients d'annuler leurs déplacements", conclut le journaliste.

En Île-de-France et dans la capitale, les "gilets jaunes" ont annoncé qu'ils allaient marcher vers l'Élysée. "Deux principaux rassemblements sont prévus à Paris dès 6 heures du matin. D'abord, porte Maillot à l'ouest et puis porte de Bercy à l'est", précise la journaliste Christelle Méral en direct des Champs-Élysées à Paris. "Les 'gilets jaunes' ont ensuite prévu de se retrouver sur le périphérique parisien pour une opération escargot vers 7 heures du matin", poursuit la journaliste. À la même heure, des manifestants à pied se retrouveront sur les Champs-Élysées et marcheront vers l'Élysée à 13 heures.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une conductrice exposant un gilet jaune en signe d\'hostilité à la politique du gouvernement sur les prix du carburant, le 4 novembre 2018, à Meteren (Nord).
Une conductrice exposant un gilet jaune en signe d'hostilité à la politique du gouvernement sur les prix du carburant, le 4 novembre 2018, à Meteren (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)