Réquisition des grévistes : "J’espère que ce sera l’étincelle qui déclenchera un mouvement de grève générale", déclare Sandrine Rousseau

La députée EELV de Paris réagit sur franceinfo ce mercredi à l'annonce par la Première ministre de la réquisition des personnels des raffineries d'Esso-ExxonMobil afin d'approvisionner les stations-service.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Sandrine Rousseau, députée EELV de Paris, sur franceinfo  mercredi 12 octobre 2022. (CAPTURE ECRAN / FRANCEINFO)

Le gouvernement devrait "faire pression sur la direction de Total plutôt que sur les grévistes", réagit Sandrine Rousseau, députée EELV de Paris, sur franceinfo mercredi 12 octobre, alors qu'Elisabeth Borne a annoncé mardi la réquisition des personnels des dépôts d'Esso-ExxonMobil.

>> Suivez en direct l'évolution de la situation sur la pénurie de carburant

La grève, initiée fin septembre, a été reconduite ce mercredi par la CGT et FO chez TotalEnergies et Esso-ExxonMobil. Le mouvement pour une prise en compte de l'inflation dans les salaires et une juste répartition des bénéfices s'est étendu à la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique).

Ces grèves sont "justifiées"

"J’espère que ce sera l’étincelle qui déclenchera un mouvement de grève générale, déclare Sandrine Rousseau. J'aimerais bien que quelque chose émerge dans le débat politique, parce que là, la colère est telle qu'il faut que le gouvernement entende à quel point ces politiques libérales de casse de l'assurance chômage, de casse des retraites ne sont plus supportables aujourd'hui par les Français et Françaises", a-t-elle ajouté.

Ces grèves "sont justifiées", a abondé Sandrine Rousseau. Il faut, estime la députée EELV, "changer radicalement nos politiques publiques". "Il va peut-être falloir bloquer un tout petit peu les choses", défend-elle.

"C'est incroyable que tout cet argent parte aux actionnaires de Total", a fustigé la député écologiste. Si elle était au pouvoir, Sandrine Rousseau "aurait convoqué le PDG de Total depuis un moment", affirme-t-elle, afin de le "soumettre" à une taxe sur les superprofits et lui aurait dit "qu'il serait bon de partager la valeur ajoutée avec le travail et non pas qu'il donne tout', aux actionnaires.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pénurie de carburants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.