Cet article date de plus d'un an.

Pénurie de carburant : "Pour un retour complet à la normale, il faudra attendre au minimum une semaine", estime l'industrie pétrolière en France

Olivier Gantois, porte-parole des entreprises du secteur promet toutefois une "détente" dès ce week-end dans les stations-service. Il appelle les automobilistes à ne pas faire de "plein de précaution".

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Une station-service confrontée à une pénurie de carburant, à Brumath (Bas-Rhin), le 9 octobre 2022. (FRANCE BLEU ALSACE)

Malgré l'accord trouvé vendredi 14 octobre entre les deux syndicats majoritaires de TotalEnergies et la direction, "il faudra attendre au minimum une semaine" pour mettre fin à la pénurie de carburant, prévient sur franceinfo Olivier Gantois, président de l'Union françaises des industries pétrolières (UFIP Energies et Mobilités) et porte-parole de l'industrie pétrolière en France. "Il y aura une détente dès ce week-end" dans les stations-service mais le retour à la normale "ne sera observé que si toutes les raffineries redémarrent".

>> Pénurie de carburant : suivez l'évolution de la situation en direct

Cet accord doit-il conduire automatiquement à la reprise de l'activité ?

Pas automatiquement, mais c'est une très bonne nouvelle. C'est une bonne nouvelle du point de vue de l'existence d'un dialogue social. Ça va être de nature à décrisper la situation. Chez Esso, l'accord avait été signé lundi et depuis la grève a été levée dans les deux sites du groupe. J'ose espérer que ce sera pareil chez TotalEnergies.

N'y a-t-il pas des leçons à tirer ?

On a signé un accord de branche au niveau de la convention pétrole, donc de l'ensemble de l'industrielle pétrolière, le 3 octobre. Avant l'été, nous avions accepté d'engager des négociations avec les organisations syndicales de la branche sur cette question de revalorisation salariale. On n'a pas attendu les grèves pour faire ça. En effet, dès que nous avons eu des sollicitations des organisations syndicales pour rouvrir les négociations, on les a considérées très sérieusement et on l'a annoncé aux organisations syndicales au début de l'été.

Combien de temps cela prendra pour avoir un retour à la normale, selon vous ?

Il y a déjà des livraisons. Dès qu'il va y avoir des redémarrages et des déblocages d'autres sites, soit par réquisition soit préférentiellement par levée de la grève, on aura tout de suite une espèce de bouffée d'air frais qui va libérer des volumes dans la logistique. Mais pour un retour à la normale à 100% il faudra attendre au minimum une semaine, voire plus. La situation normale ne sera observée que si toutes les raffineries redémarrent. Et pour redémarrer une raffinerie, il faut plusieurs jours ou a priori une semaine. La détente sur la logistique va se sentir au bout d'un ou deux jours déjà.

Est-ce que cela veut dire qu'il peut y avoir une petite détente dès ce week-end?

Oui, je suis certain qu'il y aura une détente ce week-end. J'espère que les automobilistes s'en rendront compte. J'encourage quand même les automobilistes qui n'ont pas besoin de remplir leur réservoir et qui auraient l'intention de faire un plein de précaution, d'attendre la semaine prochaine pour le faire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.