Cet article date de plus d'un an.

Péages : les tarifs "augmenteront sans doute" mais moins que l'inflation, assure le ministre des Transports

Publié
Article rédigé par franceinfo
Radio France

Si la "formule automatique" s'appliquait, les péages augmenteraient de "7 ou 8%" mais "on ne peut pas imposer cela au pouvoir d'achat des automobilistes", a affirmé Clément Beaune.

"Ça augmentera sans doute", a estimé vendredi 23 septembre sur franceinfo le ministre délégué aux Transports Clément Beaune à propos des tarifs des péages autoroutiers. Mais cette augmentation doit, selon lui, être "raisonnable". Le ministre a tenu à fixer les bornes de cette augmentation : "Je ne peux pas vous dire aujourd'hui le chiffre. On est en train d'en discuter, mais on ne sera pas dans les ordres de grandeur de 7 ou 8% parce qu'on ne peut pas imposer cela au pouvoir d'achat des automobilistes en ce moment".

Éviter une hausse "insoutenable"

Les prix des péages sont fixés chaque année principalement en fonction de l'inflation. "Chaque année, il y a un rendez-vous prévu par les contrats, détaille Clément Beaune. En février, le prix des péages évolue, il y a une formule automatique qui tient compte de l'inflation". Avec une hausse des prix de 5,9 % sur un an en août dernier, "si on appliquait les choses de manière automatique, on serait sur des hausses très élevées, de l'ordre de 7 à 8%", a-t-il fait remarquer. Ce "serait insoutenable" pour les automobilistes, insiste Clément Beaune qui précise que la hausse des péages s'est"limitée à 2 %" en 2022, augmentant donc "beaucoup moins que l'inflation".

Concernant le quotidien des automobilistes, le ministre des Transports a reconnu qu'il fallait aussi un "paquet d'investissements importants", citant tour à tour l'amélioration de la sécurité des infrastructures autoroutières ou les parkings de co-voiturage.

La voiture thermique coûtera plus cher

Clément Beaune est également revenu sur sa demande adressée en juillet dernier aux concessionnaires d'autoroutes de faire un geste en faveur des usagers afin de faciliter les départs en vacances des Français cet été. Les sociétés d'autoroutes avaient fait un "geste", sous la forme d'une réduction de 10% sur les dépenses de péages payées en chèques-vacances. Une mesure que le ministre juge"utile".

Enfin, le ministre a admis que l'usage de la voiture thermique coûterait plus cher dans les années à venir. "C'est inévitable" a-t-il reconnu. "Dans un monde où les prix évoluent, ceux de l'énergie en particuliers, on ne peut pas tout neutraliser", a-t-il ajouté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.