"Gilets jaunes" : des sites dégradés après les mobilisations

Plusieurs dégradations sont à déplorer, mais pour les "gilets jaunes", il s'agit de l'œuvre de casseurs.

France 2

Sur des images amateurs filmées dans la nuit de lundi 19 à mardi 20 novembre, des "gilets jaunes" filment un incendie à une barrière de péage de l'A10. Des manifestants s'en prennent aux installations, ils saccagent les automates. Mais selon les "gilets jaunes", ces dégradations sont l'œuvre de casseurs infiltrés, habillés en noir. Les dégâts sont considérables et des "gilets jaunes" disent regretter la tournure des événements. Mardi 20 novembre au matin, le péage, très endommagé, est toujours occupé.

Une dérive dénoncée par le ministre de l'Intérieur

Invité de l'émission "Les Quatre Vérités" sur France 2 mardi 20 novembre, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner dénonce ces dégradations. "Aujourd'hui on voit bien qu'on a une dérive totale d'une manifestation qui pour l'essentiel était bon enfant samedi [17 novembre] et aujourd'hui on voit qu'on a une radicalisation avec des revendications qui ne sont plus cohérentes et qui vont dans tous les sens", a-t-il déclaré. Près de Nîmes (Gard), l'occupation d'un rond-point a également laissé des traces, comme des panneaux de signalisation arrachés et du goudron brûlé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Mobilisation des gilets jaunes à Caen, le 19 novembre 2018.
Mobilisation des gilets jaunes à Caen, le 19 novembre 2018. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)