"Gilets jaunes" : des centaines de blocages décomptés

Ils sont dix fois moins nombreux que samedi 17 novembre. Quelque 27 000 "gilets jaunes" ont été recensés sur 350 sites lundi 19 novembre. Les manifestants ont concentré leurs actions sur des sites à fort impact médiatique, tels que les péages autoroutiers, les ponts ou encore les dépôts pétroliers.

Gilet jaune brandi à bout de bras, ce groupe de protestataires s'est installé aux portes la raffinerie de la Mède, à Marseille (Bouches-du-Rhône) lundi 19 novembre. Plus aucun camion-citerne ne peut y pénétrer ou en sortir. Un nouvel objectif pour les "gilets jaunes" qui tentent de faire durer leur mobilisation, qui se veut apolitique. Près de Toulouse (Haute-Garonne), le dépôt de pétrole de Lespinasse est également bloqué. Aupravant, les manifestants avaient organisé des barrages filtrants au péage.

Débordements et dégradations à La Réunion

À Bordeaux (Gironde), les blocages organisés par les "gilets jaunes" ont généré d'interminables files de véhicules. Le pont d'Aquitaine, en particulier, a été fermé toute la matinée avant que les forces de l'ordre n'en débloquent les accès. Sur l'île de La Réunion, de nombreux débordements et dégradations ont accompagné la mobilisation des "gilets jaunes". Ici, un fast-food saccagé. Là, un supermarché incendié, au grand dam de ses salariés. Face à ces débordements, les établissements scolaires seront fermés mardi 20 novembre sur l'île. Des renforts policiers devraient arriver de Mayotte dans les prochaines heures.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"gilets jaunes\" à Frontignan (Hérault), le 19 novembre 2018.
Des "gilets jaunes" à Frontignan (Hérault), le 19 novembre 2018. (PASCAL GUYOT / AFP)