Vers "d'importantes réductions d'emplois" à Air France

Invité d'Europe 1, le PDG du groupe a réagi à l'échec des négociations avec les pilotes. 

Des passagers patientent avant d\'embarquer dans un avion de la compagnie Air France, le 15 septembre 2014, à l\'éroport d\'Orly. 
Des passagers patientent avant d'embarquer dans un avion de la compagnie Air France, le 15 septembre 2014, à l'éroport d'Orly.  (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

L'échec des négociations avec les syndicats d'Air France sur le plan de compétitivité de la compagnie aérienne se soldera par d'"importantes réductions d'emplois", a déclaré vendredi 2 octobre le PDG du groupe Air France-KLM sur Europe 1. Alexandre de Juniac indique que les départs volontaires seront privilégiés mais que des départs contraints pourraient avoir lieu "en dernier recours". Il n'a pas donné davantage de précisions sur l'ampleur du plan de réductions d'effectifs.

Ce plan sera présenté lundi lors d'une comité central d'entreprise de la compagnie aérienne. Trois syndicats (CGT, FO et Unsa), inquiets face aux menaces pesant sur l'emploi, ont appelé à la grève, ce même jour. Le PDG d'Air France a toutefois indiqué qu'elle ne provoquerait "pas de perturbations trop importantes".

Côté Air France, la porte n'est "pas fermée" 

Jeudi, le conseil d'administration d'Air France-KLM a tranché, jeudi, en faveur d'un plan de restructuration après l'échec des négociations sur son plan Perform 2020. Dans le même temps, le Premier ministre, Manuel Valls, a appelé à la reprise des discussions entre la direction d'Air France et les pilotes.

Sur Europ 1, Alexandre de Juniac  a assuré que la porte "n'était pas fermée" à une réouverture des négociations avec les syndicats "s'ils arrivent avec une vraie volonté de discuter".