La direction d'Air France donne son feu vert à un plan de restructuration

Selon "L'Express", ce "plan alternatif", qui fait suite à "l'échec des négociations" entre la compagnie et les syndicats de pilotes, prévoit la suppression de près de 2 000 postes.

Un avion de la compagnie Air France à l\'aéroport de Roissy, près de Paris, le 6 août 2015.
Un avion de la compagnie Air France à l'aéroport de Roissy, près de Paris, le 6 août 2015. (PASCAL DELOCHE / PHOTONONSTOP / AFP)

Après l'échec des négociations avec les pilotes, Air France-KLM passe au plan B. Le conseil d'administration du groupe a donné, jeudi 1er octobre, son feu vert à un "plan de restructuration alternatif" au plan de développement initialement prévu au sein de la compagnie Air France. Selon L'Express, la suppression de près de 2 000 postes a été actée.

"Ce plan, comportant une réduction de l'activité d'Air France en 2016 puis 2017, afin de garantir les objectifs économiques et l'avenir de la compagnie", sera présenté lundi au comité central d'entreprise d'Air France, annonce simplement la direction dans un communiqué.

Suppression de cinq longs-courriers

Initialement, le plan de la compagnie consistait à augmenter d'une centaine d'heures le temps de vol annuel des personnels navigants à rémunération constante, pour obtenir un gain de productivité de 17%. Mais la direction a annoncé mercredi "l'échec des négociations" avec les syndicats représentatifs de ses pilotes.

Le plan B prévoirait dans un premier temps la suppression de cinq vols long-courriers, pas assez rentables, écrit L'Express. Selon le magazine, il occasionnerait le licenciement de 1 000 personnes sous forme de départs volontaires et de 900 personnels navigants (pilotes, hôtesses et stewards) sous forme de licenciements contraints. Toujours selon L'Express, si les négociations avec les syndicats n'aboutissent toujours pas, 5 000 postes supplémentaires seraient menacés.