Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo "Ceux qui excusent, qui encouragent" se rendent "complices, réagit Edouard Philippe face aux violences sur les Champs-Elysées

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
"Gilets jaunes" : Edouard Philippe dit sa "colère" face aux violences à Paris
FRANCEINFO
Article rédigé par
France Télévisions

Le Premier ministre s'exprimait en marge de nouvelles violences lors de la 18e journée de mobilisation des "gilets jaunes".

Le Premier ministre Edouard Philippe a jugé "inacceptables" les violences qui ont éclaté samedi 16 mars sur les Champs-Elysées à l'occasion de la 18e journée de mobilisation des "gilets jaunes", estimant que "ceux qui excusent ou qui encouragent" de tels actes s'en rendent "complices".

"Je ressens une grande colère, car les actes qui sont été commis ne sont pas le fait de manifestants, ils sont le fait de casseurs, de pillards, d’incendiaires, de criminels, a déclaré le Premier ministre. Aucune cause ne justifie cette violence. (...) Aujourd’hui, quelques centaines, quelques milliers de casseurs sont venus à Paris pour en découdre avec les forces de l’ordre, avec les symboles de l’Etat, avec la propriété privé, avec la démocratie. C’est inacceptable."

Les pompiers ont permis "d'éviter le pire"

"Ce que nous voyons aujourd'hui doit laisser à penser à tous ceux qui excusent ou qui encouragent les actes que je dénonçais, en les excusant, en les encourageant, ils s'en rendent complices", a déclaré Edouard Philippe.

Le Premier ministre a par ailleurs souligné "son plus grand soutien aux forces de l'ordre, aux sapeurs-pompiers, qui par leur travail ce matin ont permis d'éviter le pire" après l'incendie d'une banque.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers "Gilets jaunes"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.