Un "gilet jaune" condamné à huit mois de prison pour avoir divulgué l'adresse d'un magistrat sur Facebook

Il protestait contre la condamnation d'un de ses amis appartenant aussi au mouvement de contestation.

Un cortège de Gilets jaunes à Paris, lors du 24e samedi de mobilisation, le 27 avril 2019
Un cortège de Gilets jaunes à Paris, lors du 24e samedi de mobilisation, le 27 avril 2019 (MICHEL STOUPAK / NURPHOTO)

Un acte irréfléchi, a assuré son avocat. Un "gilet jaune" a été condamné jeudi 1er août à huit mois de prison, dont cinq avec sursis, par le tribunal correctionnel de Vesoul pour avoir divulgué l'adresse personnelle du procureur de la République de Besançon sur Facebook. "J'ai fait cela dans un but de contestation, je n'ai pas réfléchi. Je regrette. Je n'avais pas conscience des conséquences", a déclaré l'homme de 32 ans qui s'est présenté comme un "gilet jaune" lors de son procès en comparution immédiate à Vesoul. Il devra aussi effectuer un stage de citoyenneté.

"On ne s'en prend pas à la vie privée"

Vendredi 26 juillet, il avait publié sur sa page Facebook l'adresse personnelle du procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux. "Mon client a agi en contestation d'un jugement prononcé contre l'un de ses amis [un autre 'gilet jaune']. Il n'a pas réfléchi", avait plaidé l'avocat du prévenu. "La contestation se fait à travers les urnes, au cours de manifestations encadrées. On ne s'en prend pas à la vie privée d'un procureur", s'est indigné l'accusation, avant de requérir 9 mois de prison, dont 6 avec sursis.