Si le "référendum d'initiative citoyenne devait être instauré, ce serait une belle victoire", selon Adrien Quatennens

Invité lundi sur franceinfo, Adrien Quatennens, député de La France Insoumise du Nord, est notamment revenu sur l’idée d’un référendum d’initiative citoyenne et le référendum révocatoire, qui permet de révoquer à mi-mandat un président de la République ou un élu local.

franceinfo

Adrien Quatennens, député de La France insoumise du Nord, a estimé lundi 17 décembre sur franceinfo que si le référendum d'initiative citoyenne (RIC) "devait être instauré, ce serait une belle victoire". Le Premier ministre Édouard Philippe s'est dit lundi ouvert à un débat sur ce référendum qui faisait partie du programme présidentiel de La France insoumise.

"Ca serait une belle victoire"

"Évidemment, si ce référendum d'initiative citoyenne devait être instauré, ça serait une belle victoire, a-t-il expliqué. Les annonces d'Édouard Philippe en ce sens sont un encouragement à poursuivre la mobilisation parce que cela montre qu'à mesure que les semaines passent et que les "gilets jaunes" se mobilisent le gouvernement serait prêt à quelques reculades, donc il faut continuer."

Certains "gilets jaunes" proposent qu'un RIC soit engagé sur proposition minimum de 70 000 citoyens. "Cela me paraît peu", dit Adrien Quatennens. La France Insoumise propose "autour de 500 000", mais "on peut imaginer que cela soit plus. On peut l'imaginer. Ce n'est pas une difficulté", a-t-il précisé. "Nous allons faire une proposition de loi dans ce sens.  À chaque fois que c'est l'actualité, nous sortons une proposition de notre programme pour en faire une proposition de loi", a-t-il annoncé.

La mise en place d'un référendum d'initiative citoyenne pourrait permettre de revenir sur des lois emblématiques comme le Mariage pour tous et la peine de mort : "Le peuple est souverain. Si le peuple semble vous prendre une pente qui n'est pas la bonne idéologiquement de votre point de vue, en démocratie il y a une chose qui s'appelle l'argumentation et convaincre", a-t-il assuré. Adrien Quatennens est revenu sur le référendum révocatoire, proposition phare du parti de Jean-Luc Mélenchon, qui permet de révoquer à mi-mandat un président de la République ou un élu local :  "Si Emmamnuel Macron, depuis le début de son quinquennat, savait à mi-mandat qu'il y avait un risque d'être soumis à un référendum révocatoire, peut être qu'il nous aurait épargné beaucoup de ses outrances et arrogances", a-t-il assuré.

Les européennes, un "référendum anti-Macron" ?

"Si Emmanuel Macron ne veut pas revenir aux urnes en procédant à la dissolution de l'Assemblée, c'est  clair que le rendez-vous de mai 2019 [les "élections européennes] sera un référendum anti-Macron", a-t-il assuré. Adrien Quatennens voit entre La France insoumise et les revendications des "Gilets jaunes" beaucoup de points communs : "Quand je regarde dans le détail les revendications des "gilets jaunes et que je regarde notre programme politique notamment celui de la présidentielle, je trouve que 80% des mesures sont équivalentes (...) Les mots d'ordre que nous avions dans la présidentielle sont largement repris", a-t-il assuré.   Selon lui, "Emmanuel Macron se dresse comme un rempart entre les "gilets jaunes" et les riches." Le député estime que "le compte n'y est pas et donc la mobilisation et sa poursuite est justifiée". Si les "gilets jaunes" décident "souverainement" d'aller vers un acte 6, Adrien Quatennens assure que son mouvement soutiendra 

Adrien Quatennens, député La France insoumise du Nord.
Adrien Quatennens, député La France insoumise du Nord. (FRANCEINFO)