Racisme dans la police : les mesures annoncées, "ce sont des petits pas, c'est de la cosmétique", critique François Ruffin

Le député La France insoumise de la Somme dénonce une "crise de confiance endémique entre la police et la population" et demande un vrai "commandement" au ministère de l'Intérieur pour redéfinir la police.

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé lundi l'abandon des techniques d'étranglement lors d'une interpellation et de l'appui sur le cou pour maintenir un suspect au sol, et que la suspension soit systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré d'actes ou de propos racistes. "Ce sont des petits pas, c'est de la cosmétique", a réagi mercredi 10 juin sur franceinfo François Ruffin, député La France insoumise de la Somme.

Il a dit que des sanctions seraient envisagées. Ce n'est pas avec une mesure technique qu'on va résoudre la difficulté centrale. Il doit y avoir un commandement au ministère de l'Intérieur qui dit quelle police on veut aujourd'hui. 

François Ruffin, député La France insoumise de la Somme.

à franceinfo

La France est "l'un des pays d'Europe où il y a le plus faible confiance entre la police et la population. Vous avez derrière la Bulgarie, l'Ukraine, la Russie et ainsi de suite", a expliqué François Ruffin. "Ce qui m'intéresse c'est quelles solutions on va apporter pour sortir de ça, parce qu'il y a des crises cumulées. Une crise dans la durée avec les quartiers populaires et s'y est rajoutée la crise des 'gilets jaunes' ce qui fait que c'est devenu une crise de confiance endémique."

Le contrôle d'identité n'est pas "un acte anodin"

Le député de La France insoumise veut que l'on regarde les problèmes "en face", notamment "sur un certain nombre de violences policières et sur l'usage endémique du contrôle d'identité". François Ruffin dénonce un "usage massif du contrôle d'identité" en France. "On a des contrôles nettement plus ciblés, vingt fois plus sur une personne typée que sur Renaud ou François. Il est considéré dans la police comme un acte anodin alors que c'est sans doute l'acte qui fragilise le plus la confiance. Il ne faut pas que dans la formation on considère que le truc de base à faire c'est le contrôle d'identité. C'est l'acte qui détruit le plus la confiance". François Ruffin a subi des contrôles d'identité. Pour lui, même "quand on n'a rien à se reprocher on cherche ce qu'on a à se reprocher et on se sent mal à l'aise."

François Ruffin, député La France Insoumise de la Somme, invité de franceinfo le 10 juin 2020.
François Ruffin, député La France Insoumise de la Somme, invité de franceinfo le 10 juin 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)