Disney, SNCF, La Poste... Plusieurs entreprises vont verser des primes de fin d'année, après les annonces d'Emmanuel Macron

Le gouvernement a annoncé que les primes exceptionnelles seraient défiscalisées jusqu'à 1 000 euros si elles sont versées avant le 31 mars 2019.

Le siège de la SNCF à Paris, le 15 octobre 2018.
Le siège de la SNCF à Paris, le 15 octobre 2018. (MANUEL COHEN / AFP)

Ils répondent favorablement à la demande du chef de l'Etat. Après l'allocution d'Emmanuel Macron pour tenter d'apaiser la colère des "gilets jaunes", lundi 10 décembre, plusieurs grands groupes ont annoncé le versement de primes de fin d'année à leurs salariés. Celles-ci seront exonérées de l'impôt sur le revenu et des charges sociales si elles sont inférieures à 1 000 euros, et versées à des salariés rémunérés jusqu'à 3 600 euros avant le 31 mars.

A Disneyland Paris, une prime de 500 euros nets sera versée le 27 décembre à 14 000 des 16 000 salariés du groupe. Publicis, Orange, Iliad... Voici la liste, non exhaustive, des entreprises qui se sont déjà engagées à verser cette prime.

Publicis

Le géant de la publicité Publicis a attribué une prime de 1 000 euros "à tous les collaborateurs du groupe en France dont la rémunération mensuelle est inférieure à 2 500 euros bruts (salaire médian français)", d'après un communiqué publié lundi 10 décembre. Cette prime concerne 31% des salariés du groupe en France, en CDD ou en CDI.

Disney 

Les salariés du parc d'attraction de Marne-la-Vallée vont recevoir une prime de 500 euros nets le 27 décembre 2018. "Elle concerne au moins 14 000 salariés, soit 85 % de l’effectif total de 16 000 employés de Disneyland Paris" précise Le Parisien. Les cadres ayant déjà bénéficié d'un bonus et ceux payés 3600 euros par mois ne seront pas concernés, précise le quotidien. 

Altice

Le groupe de médias et de télécoms Altice France (SFR, BFM, RMC, Libération...) et Iliad (maison mère de l'opérateur Free) ont aussi promis une "prime exceptionnelle" de 1 000 euros. Le groupe Altice ne précise pas quels salariés seront éligibles, seulement que "les conditions d'attribution (...) seront précisées en interne dans les jours qui viennent".

Veolia 

Le leader mondial de l'eau et des déchets versera en janvier une prime de 500 euros à ses 10 000 employés qui perçoivent un salaire annuel brut de 25 000 euros ou moins. 

Orange

L'opérateur de télécommunications Orange, dont l'Etat détient environ 23% du capital, a annoncé qu'il verserait une prime de 1 000 euros à tous ses salariés en France dont le salaire annuel brut est inférieur à 25 000 euros, et de 500 euros à ceux gagnant "entre 25 000 et 30 000 euros". Quelque 20 000 salariés, sur les 92 000 employés dans l'Hexagone, vont en bénéficier. La CFE-CGC s'est inquiétée du cas particulier du personnel fonctionnaire alors que le dispositif de la prime est seulement prévu pour les salariés de droit privé. Orange a toutefois assuré, lundi 17 décembre, que "tous les collaborateurs" y étaient "éligibles".

La SNCF

Le groupe de chemins de fer SNCF a annoncé le versement "dès le bulletin de paie de décembre" d'une prime exceptionnelle devant bénéficier à près de 100 000 salariés. "Elle est de 400 euros pour tous les salariés qui touchent jusqu'à 1,5 fois le smic", a détaillé le PDG du groupe, Guillaume Pepy. Il a ajouté que les salariés touchant entre 1,5 et 2 smic recevraient pour leur part 200 euros.

Total

Le géant pétrolier et gazier Total va verser une prime exceptionnelle de 1 500 euros à tous ses salariés en France. La totalité des 31 500 salariés du groupe pourraient bénéficier de cette prime, soit un coût total pour l'entreprise d'environ 47 millions d'euros. "Le versement de la prime devait intervenir même en l'absence du contexte actuel, sous la forme d'un intéressement", selon un porte-parole du groupe. L'an dernier, les salariés du groupe avaient touché 500 euros de prime d'intéressement et les salaires avaient augmenté de 3,5% à l'échelle globale.

Dassault

L'entreprise aéronautique Dassault Aviation versera avant le 31 décembre une prime de 750 euros nets "à tous les salariés dont le revenu annuel pour 2018 est inférieur à trois fois le SMIC annuel en vigueur". Plus de la moitié des 8 200 salariés en France sont concernés.

IBM

Le constructeur informatique IBM s'est engagé à verser en janvier une prime exceptionnelle de 1000 euros aux salariés dont la rémunération est inférieure à 2 000 euros bruts, en France. 

Iliad

Iliad, la maison-mère de l'opérateur de télécommunications Free, s'est engagé à verser une prime de 1 000 euros à 6 000 collaborateurs. Le versement sera effectué "dès le vote de la loi qui permettra aux collaborateurs concernés de n'avoir à payer ni impôts ni charges sociales sur cette prime", a précisé le groupe.

Michelin 

Le géant français du pneumatique Michelin va verser une prime exceptionnelle de 250 à 750 euros à ses salariés français gagnant moins de 34 000 euros annuels. Le montant de la prime sera dégressif et variera en fonction du salaire annuel brut perçu par le salarié : "750 euros pour les salariés percevant moins de 26 000 euros" , "500 euros pour les salariés percevant entre 26 000 et 30 000 euros" et "250 euros pour les salariés entre 30 000 et 34 000 euros", a précisé le groupe. Cette prime concernera "50% des salariés du groupe en France, dont la quasi-totalité des opérateurs".

Les Galeries Lafayette

Le groupe des Galeries Lafayette a annoncé qu'une "prime exceptionnelle de 300 euros" serait versée avant Noël "à leurs collaborateurs dont le salaire de base est inférieur à 1,5 fois le SMIC". Quelque 8.000 personnes sont concernées. 

Les groupes de luxe LVMH, Kering, Hermès

Ces trois groupes de luxe se sont engagés à verser une prime exceptionnelle, sans en avoir précisé le montant. 

Essilor

Le groupe Essilor a annoncé le 14 décembre le versement d'une "prime exceptionnelle de fin d'année" à tous ses salariés en France dont le salaire brut mensuel est inférieur à 3 500 euros par mois. La prime devrait être de 800 euros pour les salariés touchant moins de 2 000 euros de salaire mensuel brut et de 600 euros pour ceux touchant entre 2 000 et 3 500 euros de salaire mensuel brut. Le numéro un mondial de l'optique ophtalmique indique que le montant sera définitivement fixé une fois que les dispositions prises par le gouvernement seront connues.

La RATP

La RATP a annoncé qu'elle verserait en janvier une prime exceptionnelle de 200 ou 400 euros à "plus de 30 500 salariés" percevant un salaire annuel brut inférieur à deux smic. Cette prime sera de 400 euros pour les salariés percevant un salaire annuel inférieur à 1,5 smic (soit 26 644,66 euros bruts hors primes) et de 200 euros pour les salariés percevant un salaire annuel compris entre 1,5 et 2 smic (35 526,48 euros bruts hors primes).

Engie

Le géant de l'énergie Engie a décidé l'attribution d'une prime de 600 euros, versée en janvier 2019. Elle concerne les salariés "dont le salaire mensuel brut de base est inférieur à 2 500 euros". Le groupe chiffre la mesure à 25 millions d'euros.

Le Crédit Mutuel Arkéa 

Le Crédit Mutuel Arkéa, qui rassemble les fédérations Bretagne, Sud-Ouest et Massif Central du groupe bancaire mutualiste, octroiera une prime de 1.000 euros à ses 10.000 salariés début 2019.

La Poste

La Poste a annoncé, mercredi 19 décembre, qu'elle allait octroyer "une prime exceptionnelle pour ses collaborateurs", versée "dès le début de l'année 2019". Elle sera d'un montant de 300 euros "pour les postiers ayant une rémunération brute annuelle jusqu'à 1,5 fois le smic" et de 200 euros "pour les postiers ayant une rémunération brute annuelle comprise entre 1,5 et 3 fois le smic". "Environ 200 000 collaborateurs" sont concernés, pour une enveloppe totale de 50 millions d'euros, estime le groupe.

Lactalis

Le grand groupe de produits laitiers va verser une prime de 500 euros à près de 7 500 de ses employés, soit la moitié de ses effectifs en France, rapporte France Bleu Mayenne.