"On sera mobilisés aussi longtemps qu'il faudra" : un an après le début du mouvement, les "gilets jaunes" espèrent un second souffle

Après un an d'existence, et alors que le président dit avoir entendu la colère des "gilets jaunes", les manifestants commencent à se demander comment évoluer.

Des \"gilets jaunes\" à un péage près de Chambéry.
Des "gilets jaunes" à un péage près de Chambéry. (XAVIER GRUMEAU / FRANCE-BLEU PAYS DE SAVOIE)

Le frigo est, disent-ils, toujours aussi vide, les services publics toujours aussi éloignés et le fossé entre eux et les élus serait devenu un gouffre : après un an de mobilisation, les "gilets jaunes" ont l'impression que rien n'a changé.

En novembre 2018, le mouvement avait débuté sur fond de protestation contre le prix de l'essence et contre une nouvelle taxe, puis les questions du pouvoir d'achat, des services publics, de la démocratie avaient fait leur apparition... Pour André, comme rien n'a changé, ce serait l’heure, souligne-t-il, de la convergence des luttes. "Il faut être nombreux pour faire changer les choses !", explique André.

Un nouveau souffle, le 5 décembre ?

Beaucoup font un bilan plutôt mitigé de ce week-end anniversaire. Ils auraient aimé être plus nombreux et craignent, disent-ils, que les scènes de violences éclipsent encore une fois les revendications. Aussi, se joindre à la grève interprofessionnelle du 5 décembre permettrait de donner un nouveau souffle au mouvement.

Une convergence des luttes le 5 décembre ? "On revendique un tas de choses, qui regroupent des choses très variées : tout le monde est concerné !", indique Priscilla Ludowski, l'une des figures du mouvement "gilet jaune". Durant ces deux jours plusieurs slogans, plusieurs chants revenaient régulièrement, dont celui-là : "Joyeux anniversaire". Résonnera-t-il toujours dans un an ? "On sera mobilisés aussi longtemps qu'il faudra", assurent les manifestants que nous avons rencontrés.

"Gilets jaunes", la mobilisation continue - Reportage de Cyrille Ardaud
--'--
--'--