"Les gens se sentent oubliés" : deux ans après un accueil enthousiaste, Emmanuel Macron revient à Souillac où règne la désillusion

Le chef de l'Etat se rend vendredi dans la commune de Souillac (Lot), afin d'échanger avec les maires de l'Occitanie, trois jours après le lancement du grand débat national. Il y avait rencontré un certain succès en février 2017, alors qu'il était candidat à la présidentielle.

Emmanuel Macron en meeting à Souillac (Lot), le 24 février 2017, lors de la campagne présidentielle. 
Emmanuel Macron en meeting à Souillac (Lot), le 24 février 2017, lors de la campagne présidentielle.  (ERIC CABANIS / AFP)

À la croisée de deux routes départementales, la commune de Souillac (Lot) se profile, enclavée dans la vallée de la Dordogne. En ce début d'après-midi, mardi 15 janvier, une dizaine de "gilets jaunes" locaux commencent à s'installer face au rond-point de l'Atrium, à l'entrée de la ville. Du café a été apporté, ainsi qu'une enceinte, qui vibre aux sons de Gilets jaunés et d'On lâche rien. Face à un imposant panneau "Bienvenue à Souillac", ces manifestants attendent de pied ferme Emmanuel Macron. Vendredi, "la ville aux sept viaducs" le reçoit pour une rencontre avec les maires de l'ensemble de l'Occitanie, promise dans le cadre du grand débat national.

Le palais des Congrès de Souillac n'a pas été choisi au hasard. Le 25 février 2017, le candidat Emmanuel Macron y avait tenu un meeting devant quelque 700 personnes, comme le racontait Les Echos. Son message – la "ruralité conquérante" et la "libération" des territoires – avait alors séduit. Mais deux ans plus tard, dans cette ville rurale traversée par la Borrèze, où le candidat Macron est arrivé largement en tête avec 27,75% des voix au premier tour, et 71% au second, l'heure est plutôt au désenchantement. 

Des \"gilets jaunes\" manifestent sur le rond-point de l\'Atrium, à l\'entrée de Souillac (Lot), le 15 janvier 2019. 
Des "gilets jaunes" manifestent sur le rond-point de l'Atrium, à l'entrée de Souillac (Lot), le 15 janvier 2019.  (VALENTINE PASQUESOONE / FRANCEINFO)

"Macron, il ne pense pas aux gens"

Ces "gilets jaunes", présents chaque après-midi depuis la première journée de mobilisation, le 17 novembre, saluent les automobilistes qui les klaxonnent allègrement, en guise de soutien. Parmi eux, un jeune homme, quelques femmes, et beaucoup de retraités. Daniel Thomas, 81 ans, est l'un des premiers à avoir pris part au mouvement à Souillac. L'origine de son engagement ? "Macron, qui nous a pris sur la retraite avec la CSG", répond l'imposant octogénaire coiffé d'un chapeau noir, au visage rond et aux yeux bleus. Cet ancien boulanger-pâtissier en Corrèze, devenu buraliste à Souillac il y a 30 ans, perçoit désormais 1 500 euros de retraite par mois. Sa femme ? 500 euros. L'augmentation de la CSG lui a coûté plusieurs dizaines d'euros par mois l'an dernier. "C'est une grosse somme", insiste-t-il, d'une voix calme mais rapide. 

Macron, j'ai attendu un an pour voir. Et voilà, je suis déçu. Il a pris sur les retraites, ce n'était pas à faire.Daniel Thomas, "gilet jaune" à Souillacà franceinfo

Les saluts et les klaxons continuent à un rythme effréné, cette fois sous les airs d'Oh Macron, reprise parodique de Djadja d'Aya Nakamura. Parmi ces "gilets jaunes", un Souillagais, Pascal Santini, a voté pour Emmanuel Macron en 2017. "Comme un con !", lâche aujourd'hui cet ancien facteur quinquagénaire, au chômage depuis deux ans, et dont les revenus mensuels n'excèdent pas 1 000 euros. 

Je regrette d'avoir voté pour lui. On est acculé. On est obligé d'être dans la rue depuis deux mois pour lutter contre sa politique.Pascal Santini, "gilet jaune" à Souillacà franceinfo

Le visage fin et marqué, Pascal Santini se mobilise ici pour des fins de mois plus "tranquilles". "Et pour mes gosses et petits-enfants", ajoute-t-il. "Ça fout les boules d'avoir du mal à bouffer. On ne voudrait pas que ça leur arrive." À ses côtés, Jean-Claude Casalis, 62 ans, abonde. "Il y a vraiment de la misère ici. Et Macron, il ne pense pas aux gens", lâche ce jeune retraité qui gagne 1 100 euros par mois. "Il est arrogant, il nous prend pour des moins que rien. C'est ça qui me dérange le plus." 

Des "convaincus" devenus "déçus"

Sortant de son bureau, le maire sans étiquette de Souillac, Jean-Michel Sanfourche, se hâte. "C'est compliqué !", lâche-t-il derrière sa barbe blanche, les traits fatigués mais la cravate bien nouée. Depuis l'annonce de la visite présidentielle, l'édile à l'accent chantant enchaîne les rendez-vous. Cinq heures avec les services de l'Etat, une réunion en préfecture, puis avec ses chefs de services et l'équipe sécuritaire du département : depuis quelques jours, cet ancien commerçant de 66 ans ne s'arrête plus. Mais "pour moi, cette visite est une opportunité", affirme-t-il avec certitude. "On est arrivé à un stade où il n'y a plus de dialogue entre l'exécutif et les citoyens." 

Jean-Michel Sanfourche, maire de Souillac (Lot), dans son bureau, le 16 janvier 2019. 
Jean-Michel Sanfourche, maire de Souillac (Lot), dans son bureau, le 16 janvier 2019.  (VALENTINE PASQUESOONE / FRANCEINFO)

Il y a deux ans, c'est ce même maire qui a organisé la venue du candidat Macron. "Je n'étais pas macroniste, mais il est apparu comme quelqu'un de dynamique, porteur d'un nouveau message et d'une nouvelle espérance", relate Jean-Michel Sanfourche, la voix et les gestes pressés. "Il a été très bien vu" lors de son meeting de campagne à Souillac, renchérit-il. 

En 2017, beaucoup d'indécis à Souillac se sont tournés vers Emmanuel Macron. Et aujourd'hui, il y a beaucoup de déçus.Jean-Michel Sanfourche, maire de Souillacà franceinfo

L'élu fait partie de ces Souillagais aujourd'hui désabusés. À la tête d'une ville comptant 40% de retraités – dont bon nombre de "petites retraites" –, le sexagénaire regrette comme beaucoup l'augmentation de la CSG et la baisse d'allocations qui "pénalise les retraités". Il déplore également des "dérapages inadmissibles" du président, tels que l'épisode du "je traverse la rue" pour trouver un emploi, ou encore la baisse des dotations de l'Etat et le passage à 80 km/h sur les départementales.

"C'est l'injustice sociale, entre l'ISF et la CSG, qui a fait le plus de mal ici", insiste-t-il derrière son bureau. "Les gens ont l'impression qu'on les a laissés au bord du chemin. Ils se sentent oubliés." Chargé du premier mot vendredi au palais des Congrès, Jean-Michel Sanfourche compte bien demander au président "un geste fort vis-à-vis de la ruralité"

Dans le hall de l'hôtel de ville, quelques marches plus bas, avance à petits pas un homme âgé, porteur d'un long manteau et d'un béret noir. Guy, 77 ans, est venu coller sa longue liste de doléances dans le cahier prévu à cet effet. "C'est important parce qu'on a envie d'être écouté, on a envie de démocratie participative", dit-il d'une voix calme, le visage souriant. Lui aussi est un déçu du macronisme. "J'étais à son meeting, et j'ai pensé qu'on allait avoir du renouveau", se souvient Guy. "Et maintenant, je me rends compte que non." 

Un message collé dans le cahier de doléances de la mairie de Souillac (Lot), le 16 janvier 2019. 
Un message collé dans le cahier de doléances de la mairie de Souillac (Lot), le 16 janvier 2019.  (VALENTINE PASQUESOONE / FRANCEINFO)

Sur la liste de Guy apparaissent en priorité l'augmentation du pouvoir d'achat, la suppression de la hausse de la CSG pour les retraités, le rétablissement de l'ISF et l'augmentation des tranches d'impôts. Depuis sa mise en place début décembre, les Souillagais ont déposé une quarantaine de messages similaires. Revalorisation des retraites et du Smic, rétablissement de l'ISF, fin de certains privilèges pour les politiques... Tous lancent un appel à un changement clair de politique. 

Une venue qui inquiète 

À la mairie de Souillac mercredi après-midi, l'équipe municipale s'affaire. J-2 avant l'arrivée du chef de l'Etat. Des habitants passent pour savoir s'ils pourront circuler dans la ville vendredi. Une femme chargée de l'accueil, préférant rester anonyme, confie avoir reçu quelque 150 appels d'habitants, de commerçants et de chefs d'entreprise inquiets. "Il y a beaucoup de mécontents" en raison des mesures de sécurité, relate-t-elle, le souffle rapide. La salariée et ses collègues ont passé la journée à les rassurer. 

Deux ans après son meeting, les Souillagais pestent contre la visite du président. "Les commerçants sont mécontents, car ils ne pourront pas travailler vendredi avec la venue d'Emmanuel Macron", rapporte Pascal, d'une voix posée, depuis le magasin de vêtements et de chaussures Sara Boutique. Le quinquagénaire aux cheveux blancs et aux lunettes fines y remplace sa femme ce mercredi. 

Est-ce que le président et ses sbires se rendent compte de l'impact de sa venue pour les gens ici ? Vendredi, l'enthousiasme n'y sera pas.Pascal, retraité à franceinfo

Pascal n'a pas fait une seule vente pendant la matinée. Il est midi, et seules quatre personnes ont franchi la porte de sa boutique. Avec la concurrence de la grande distribution, à Souillac et à Brive-la-Gaillarde (Corrèze), "on a du mal à décoller", regrette-t-il. Sa femme parvient à peine à gagner 500 euros par mois. Et sa situation n'est pas unique. 

Certains petits commerçants peinent à survivre, dans une ville de quelque 3 500 habitants, où 60 magasins ont fermé depuis les années 1980, selon la mairie. Des panneaux "à vendre" ou "à louer" sont affichés dans presque chaque rue, sur des maisons anciennes aux murs toujours beiges, où une végétation imposante a parfois pris le dessus. Les rues de la Halle ou du Pont, qui mènent à Sara Boutique, sont une accumulation d'anciens commerces fermés. Un magasin de meubles, une boucherie-charcuterie, un céramiste. Aux étages, de nombreux volets aux couleurs pastel sont désormais fermés. Les rares commerces encore ouverts sont parfois les seuls dans leur rue. La "ruralité conquérante" du candidat Macron en 2017 semble encore lointaine à Souillac. 

Un ancien commerce de meubles à Souillac (Lot), le 16 janvier 2019. 
Un ancien commerce de meubles à Souillac (Lot), le 16 janvier 2019.  (VALENTINE PASQUESOONE / FRANCEINFO)

Un soutien encore présent, mais critique

Les machines d'emboutissage tournent à plein régime dans la seule usine de Souillac, l'atelier de la société G. Pivaudran, spécialisée depuis trois générations dans la fabrication de bouchons de parfum. L'entreprise, avec quelque 200 salariés, est l'un des plus grands employeurs de la commune. Son chiffre d'affaires – 20 millions d'euros – est en croissance depuis trois ans, dans une ville où la situation économique est "compliquée", selon les mots de Marc Pivaudran, troisième gérant de l'entreprise familiale. Souillac compte 21% de chômeurs, d'après la mairie. 

Le 25 février 2017, "la curiosité de voir une tête nouvelle et un discours nouveau" a poussé cet homme discret de 48 ans, au léger accent, à se rendre au meeting d'Emmanuel Macron. "Il m'a semblé dynamique, un brillant orateur", relate sobrement le dirigeant. "Son discours m'a plutôt convaincu. Il y avait un volet sur le retour à l'emploi qui me paraissait important. La 'ruralité conquérante' m'avait amusé, mais ne m'avait pas déplu." 

Le dirigeant de la société G. Pivaudran, Marc Pivaudran, dans son atelier à Souillac (Lot), le 16 janvier 2019. 
Le dirigeant de la société G. Pivaudran, Marc Pivaudran, dans son atelier à Souillac (Lot), le 16 janvier 2019.  (VALENTINE PASQUESOONE / FRANCEINFO)

Et aujourd'hui ? L'avis de Marc Pivaudran est partagé. Chef d'entreprise, il évoque la vision "intéressante" d'Emmanuel Macron, notamment sur la suppression des charges salariales et la défiscalisation des heures supplémentaires, mais une connaissance des PME "un peu réduite". En tant qu'habitant d'une zone rurale, il regrette d'être "un peu moins pris en compte". "Je ne pense pas que la ruralité soit sa priorité, pour être honnête", confie-t-il. 

On a besoin d'accéder aux services de base, à l'éducation, à la santé. Et que le développement économique passe aussi par les milieux ruraux comme le nôtre.Marc Pivaudran, dirigeant de l'entreprise G. Pivaudranà franceinfo

Gilles Liébus, président de la communauté de communes Cauvaldor, qui comprend la commune de Souillac, se souvient lui aussi d'un discours, ce 25 février 2017, "en phase" avec sa vision de la ruralité. Socialiste passé chez LREM après ce meeting, il estime qu'Emmanuel Macron "a redonné espoir aux investisseurs étrangers". Une chance selon lui pour Souillac, à l'heure où se développe un projet de redynamisation de la ville autour du tourisme de luxe, de la mode et des arts créatifs. La ville de Souillac s'est engagée à racheter une vingtaine d'immeubles pour y installer des créateurs d'art et de mode et des designers. 

Mais le désormais "marcheur" le reconnaît volontiers : certaines mesures "ont aigri nos concitoyens". Des 80 km/h à la CSG, en passant par la hausse des taxes sur les carburants, "on a une administration complètement déconnectée avec la ruralité", soutient-il. Emmanuel Macron, qu'il soutient toujours, "a besoin de revenir vers le peuple aujourd’hui. Parce que la ruralité profonde, comme la nôtre, a été oubliée".

Depuis son salon de coiffure, Corinne Montali, 56 ans, sera aux premières loges pour suivre la venue du chef de l'Etat vendredi. Installée depuis 31 ans, elle aussi l'a vu de près il y a deux ans. Son regard n'a pas changé depuis. "Je trouvais qu'il parlait comme tout le monde, qu'il se mettait à la portée de tous", se remémore-t-elle, le regard pétillant. "Je le pense toujours", assure la coiffeuse aux cheveux blonds et courts. Mais la Souillagaise reconnaît qu'Emmanuel Macron peut être "un peu direct", sur des mesures telles que les 80 km/h. Et que son quotidien d'indépendante n'a pas changé en un an et demi. "Ça me déçoit un peu", concède-t-elle. "Mais je sais bien qu'en 18 mois, on ne peut pas tout."