"Je suis en train d'étouffer" : le témoignage de Tony Dos Santos, victime de violences policières

Le jeune homme qui s'est retrouvé au milieu de débordements entre "gilets jaunes" et forces de l'ordre a subi les coups d'un policier. Il se bat pour la vérité aujourd'hui.

La scène se déroule le 20 avril 2019, place de la République, à Paris. Téléphone portable et vidéos à la main, Tony Dos Santos, raconte comment il a été la victime de violences policières. "Il y a une cohue pas possible, on est encerclés de partout. Ça se met à courir, un policier chasse un 'gilet jaune' qu'il avait tabassé. Je cours vers ce policier pour m'interposer et je tombe sur lui", affirme d'abord le jeune homme qui porte encore les stigmates de cette journée de manifestation. Il décrit ensuite le moment douloureux où il se fait attaquer : "Je roule dans les escaliers, et là, je reçois un coup de matraque à l'arrière du crâne. Je me dis que je ne vais pas me défendre. Il y a deux policiers sur moi, un qui me tient les jambes et l'autre le genou sur le crâne. Et puis à un moment, le flic que j'ai poussé fait le tour et s'accroupit autour de mon visage (je saigne du nez) et commence à descendre son genou sur mon visage. Il m'écrase son genou métallique, je suis en train d'étouffer".

Faire éclater la vérité

Il continue : "Puis je pousse un cri (…) Avec mon avocat, on a préparé le dossier, on a porté plainte à l'IGPN, ils m'ont reçu. Mais clairement on va chez la police pour porter plainte. Il y avait déjà eu plusieurs affaires avant la mienne, des cas sérieux qui n'ont abouti à rien alors qu'il y a des preuves. Je veux bien qu'ils soient dépassés par les événements, mais…" Déterminé, il conclut : "Mon cas n'est pas le plus grave, mais ont doit aller au bout de ce cas-là".

Violences policières.
Violences policières. (FRANCEINFO)