Grève nationale CGT et "gilets jaunes" : "La grève est le moyen qui permettra à terme de gagner le rapport de force politique"

Pour François Boulo, avocat et porte-parole des "gilets jaunes" de la région de Rouen, la grève doit être utilisée en plus des blocages pour faire plier le gouvernement.

Des manifestants et des \"gilets jaunes\" dans un défilé lors de la journée de grève nationale le 5 février 2019 à Marseille.
Des manifestants et des "gilets jaunes" dans un défilé lors de la journée de grève nationale le 5 février 2019 à Marseille. (GERARD JULIEN / AFP)

"L'appel à la grève a été relayé par Eric Drouet, par Maxime Nicole, par toute une série de figures emblématiques du mouvement. Tout le monde a bien compris que la grève n'a pas vocation à se substituer aux autres modes d'action utilisés depuis le début du mouvement des 'gilets jaunes'", a déclaré mardi 5 février sur franceinfo François Boulo, avocat et porte-parole des "gilets jaunes" de la région de Rouen, après la grève nationale de la CGT et des "gilets jaunes" pour une hausse des salaires et plus de justice fiscale.

"En revanche, c'est le moyen qui permettra à terme de gagner le rapport de force politique", a poursuivi François Boulo, "parce que malheureusement le pouvoir exécutif est sourd à toutes nos revendications et n'entend que le terrain du rapport de force politique - au sens pacifique évidemment - et donc au sens du blocage de l'économie et pour cela il n'y a qu'un seul moyen légal de parvenir à nos fins, c'est la grève", a-t-il conclu.

La grève nationale lancée à l'appel de la CGT et à laquelle ont participé de nombreux "gilets jaunes" a réuni 14 000 personnes à Paris (selon le cabinet Occurrence mandaté par les médias) et près de 300 000 personnes dans 200 villes de France, selon la CGT.