Grand débat : l'État "essaie de se défausser", l'Association des maires de France ne se sent "en aucun cas engagée"

André Laignel, vice-président de l'Association des maires de France, assure mercredi sur franceinfo n'avoir "aucune information sur la nature de ce débat". 

André Laignel, vice-président de l\'Association des maires de France, le 7 novembre 2018.
André Laignel, vice-président de l'Association des maires de France, le 7 novembre 2018. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

"Les maires de France ne se sentent en aucun cas engagés par ce débat et ne sauraient être à quelque niveau que ce soit co-organisateurs", assure André Laignel, le vice-président de l'Association des maires de France, invité de franceinfo mercredi 9 janvier au sujet du grand débat voulu par le gouvernement et qui doit débuter le 15 janvier.

"Nous n'avons aucune information mais surtout, ce débat est celui de l'État avec les citoyens et nous ne voyons pas en quoi les maires pourraient être engagés dans ce débat qui, en définitive, aurait plutôt pour visée d'associer les élus locaux à l'échec gouvernemental", assure André Laignel, le maire socialiste d'Issoudun, dans l'Indre. "Chaque maire, en tant que citoyen, fera ce qu'il veut, participera ou ne participera pas, mais en tant que citoyen", précise André Laignel.

franceinfo : Tout est prêt ou quasiment prêt pour ce grand débat national, assure le Premier ministre. Partagez-vous cet optimisme ?

André Laignel : Je ne partage strictement rien puisque je n'ai absolument aucune information sur la nature de ce débat. À partir de là, vous conviendrez que les maires de France ne se sentent en aucun cas engagés par ce débat et ne sauraient être à quelque niveau que ce soit co-organisateurs. Nous n'avons aucune information mais surtout, ce débat est celui de l'État avec les citoyens, et nous ne voyons pas en quoi les maires pourraient être engagés dans ce débat qui, en définitive, aurait plutôt pour visée d'associer les élus locaux à l'échec gouvernemental. Nous ne pouvons pas être dans cette disposition d'esprit. Bien entendu, chaque maire, en tant que citoyen, fera ce qu'il veut, participera ou ne participera pas, mais en tant que citoyen. Nous ne sommes pas, Association des maires de France, engagés, et d'ailleurs nous n'avons pas été sollicités clairement de quelque façonque ce soit.

Il y a quelque chose de l'ordre du refus politique, de ne pas vouloir servir les intérêts d'Emmanuel Macron ?

Nous avons le sentiment que c'est une manœuvre d'enfumage, qu'il s'agit de noyer les revendications qui sont apparues au niveau des "gilets jaunes" et de la société dans son ensemble. Comment pourrions-nous répondre aux problèmes de pouvoir d'achat ? La CSG est-elle de la responsabilité des communes ? Le niveau des retraites nous appartient-il ? L'impôt de solidarité sur la fortune, qui est un des éléments majeurs du débat, ne relève en aucun cas des collectivités territoriales. Donc sur l'ensemble des sujets qui sont au cœur de la crise sociale que nous vivons, les réponses appartiennent à l'État. L'État essaie de se défausser, c'est son affaire, mais nous n'avons aucune raison, dans ce domaine, d'être les supplétifs de l'État.

Il y a sur le tapis des choses de l'ordre des institutions, donc qui concernent les élus, comme le revenu d'initiative citoyenne, le RIC ou la proportionnelle ?

Là aussi c'est du ressort de l'État. Il s'agit de réforme constitutionnelle, cela fait des mois et des mois qu'on nous parle de réforme constitutionnelle que l'on repousse de mois en mois et sur laquelle il n'y a aucune véritable concertation depuis plus d'un an. Je rappelle que ça fait 18 mois que les élus locaux sont boudés, pour ne pas dire méprisés par le président de la République. Il y a eu le congrès des maires, le président de la République avait l'occasion de rencontrer plus de 10 000 maires et il n'est pas venu. Maintenant il nous dit qu'il va faire sa caravane publicitaire, faire son tour de France, non pas pour rencontrer les "gilets jaunes", ce qui serait d'actualité pour un tour de France, mais pour rencontrer les maires qu'il a snobés au moment du congrès des maires de France. C'est une totale incohérence et c'est surtout une volonté de communication, de campagne et non pas un véritable débat sérieux sur lequel quelque chose pourrait déboucher. Nous avons écrit, François Baroin [le président de l'AMF] et moi, au président de la République le 18 décembre, en lui demandant à la suite du congrès des maires de France l'ouverture d'une véritable négociation et avons proposé sept points de négociations. Aujourd'hui, un mois après avoir déposé ce courrier à l'Élysée, nous n'avons même pas eu un accusé de réception.