"Gilets jaunes" : un virage social pour remporter l'opinion des Français ?

Sur le plateau du 13 Heures, la journaliste politique Nathalie Saint-Cricq fait le point sur les mesures qui pourraient être annoncées lundi 10 décembre au soir par Emmanuel Macron à la télévision et leurs conséquences sur la vie des Français. 

FRANCE 2

On le répète depuis plusieurs jours : on est à un virage du quinquennat, qui sera forcément social. "Il sera forcément social, même si personne ne voudra l'avouer et qu'on nous parlera d'accélération plutôt que de virage. Ce qui est clair, c'est que l'objectif est d'augmenter le pouvoir d'achat des salariés et des retraités. C'est un virage qui a été imposé par Emmanuel Macron par le mouvement des 'gilets jaunes'", indique la journaliste politique Nathalie Saint-Cricq sur le plateau de France 2. "Il y avait 140 000 personnes dans les rues, mobilisées samedi [8 décembre], mais derrière, un soutien massif de la population française malgré les violences. En clair, l'objectif et l'enjeu pour Emmanuel Macron, c'est de lâcher pour pouvoir encore espérer mieux avancer", ajoute-t-elle.

Des mesures spectaculaires pour retourner l'opinion

À l'heure où les revendications sont multiples et variées, comment contenter tout le monde ? "Ça sera impossible de contenter tout le monde, parce que les demandes sont variées et contradictoires, avec des marges de manœuvre économique qui sont contraintes. Quelles que soient les annonces, les partis proches des 'gilets jaunes', qu'il s'agisse de La France insoumise ou du Rassemblement national trouveront, toujours que c'est insuffisant, parce que leur vrai but est d'abréger le quinquennat d'Emmanuel Macron", souligne la journaliste.

"Ce sera difficile, tant c'est la personnalité du chef de l'État qui est en cause. On constate des mouvements de haine et de fureur contre Emmanuel Macron. Pour espérer renverser la vapeur lundi soir [10 décembre], il faudra des mesures spectaculaires, lisibles, simples et ciblées, et non par éparpillées. Elles ne satisferont surement pas les 'gilets jaunes', mais elles devraient peut-être au moins retourner l'opinion française", conclut-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président de la République Emmanuel Macron s\'est exprimé sur les manifestations des \"gilets jaunes\" depuis l\'Argentine ou se tient le G20, le 1er décembre 2018.
Le président de la République Emmanuel Macron s'est exprimé sur les manifestations des "gilets jaunes" depuis l'Argentine ou se tient le G20, le 1er décembre 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)