"Gilets jaunes" : qui sont les manifestants devant la justice ?

Une partie des manifestants interpellés lors de l'acte 18 des "gilets jaunes" a été jugée en comparution immédiate mardi 19 mars. Mais ils n'ont pas tous des profils d'ultraviolents.

FRANCE 2

Les individus jugés en comparution immédiate sont-ils les vrais casseurs de l'acte 18 des "gilets jaunes" du samedi 16 mars ? Étudiants, apiculteurs, jardiniers, ils ne sont pas forcément des ultraviolents. Ils comparaissent pour des jets de projectiles ou des vols, mais aucun casseur des Champs-Elysées (Paris) à l'horizon.

La justice trop sévère ?

"C'est des gens qui n'ont jamais eu affaire à la justice. On parle de vols de trois maillots de football ou de jets de bouteilles de verres. C'est des faits très mineurs", estime maître Pierre-François Rousseau, avocat de la défense. Lundi, 14 personnes ont été condamnées à de la prison ferme, et 12 ont été incarcérées. Certains parlent d'une sévérité accrue de la part de la justice. Depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", 40% des condamnations concernent de la prison ferme. Le ministère de la Justice se défend de tout acharnement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Durant la 18e journée de manifestation des \"gilets jaunes\", sur les Champs-Elysées à Paris, le 16 mars 2019. 
Durant la 18e journée de manifestation des "gilets jaunes", sur les Champs-Elysées à Paris, le 16 mars 2019.  (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)