"Gilets jaunes" : que retenir du discours du président de la République ?

En direct de Buenos Aires (Argentine), la journaliste Valérie Astruc est revenue samedi 1er décembre sur l'intervention d'Emmanuel Macron.

France 2

Pendant que de nombreuses scènes de violences avaient lieu à Paris, Emmanuel Macron était lui à Buenos Aires (Argentine) ce samedi 1er décembre, au sommet du G20. "Le président a évidemment condamné très fermement ces violences. Pour lui, ce qui s'est passé aujourd'hui n'a rien à voir avec l'expression d'une colère pacifique", explique Valérie Astruc, en direct de Buenos Aires.

La réponse politique arrivera plus tard

"'J'entends toujours les oppositions, a-t-il dit, j'entends toujours la contestation, mais je n'accepterais jamais les violences qui n'ont rien à voir avec la colère légitime'. Le président s'en est donc tenu à une position de fermeté. Il n'a pas annoncé de concession aux revendications ce soir, car cela aurait revenu, nous dit-on, à donner raison à ceux qui veulent radicaliser le mouvement. La réponse politique arrivera donc plus tard", rapporte encore la journaliste de France 2.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"gilets jaunes\" commencent à investir dans le calme les Champs-Elysées, le 1er décembre 2018.
Des "gilets jaunes" commencent à investir dans le calme les Champs-Elysées, le 1er décembre 2018. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)