"Gilets jaunes" : 1 385 interpellations et 974 gardes à vue en France samedi

Plusieurs rassemblements ont dégénéré à Paris, Toulouse ou encore Saint-Étienne lors de "l'acte 4" de la mobilisation des "gilets jaunes" samedi.

Des voitures incendiées, boulevard de Courcelles, à Paris, en marge de la manifestation des \"gilets jaunes\", samedi 8 décembre.
Des voitures incendiées, boulevard de Courcelles, à Paris, en marge de la manifestation des "gilets jaunes", samedi 8 décembre. (SANDRINE ETOA-ANDEGUE / RADIO FRANCE)

1 385 personnes ont été interpellées en France samedi 8 décembre en marge des manifestations de "gilets jaunes", a appris franceinfo de source policière. 974 personnes ont été placées en garde à vue, a ajouté cette source. Depuis le début de l'après-midi, certaines manifestations dégénèrent dans plusieurs villes de FranceQuelque 125 000 manifestants se sont mobilisés, dont 10 000 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur

>> Suivez en direct "l'acte IV" de la mobilisation des "gilets jaunes" samedi à Paris et dans les grandes villes 

À Paris, des voitures ont été brûlées, plusieurs vitrines brisées et des barricades dressées avenue de Friedland, boulevard de Courcelles ou encore Gare Saint-Lazare notamment. 920 personnes ont été interpellées dans la capitale ou en région parisienne.

Des affrontements avec les forces de l'ordre

En région Occitanie, à Toulouse notamment, la situation dégénère. En fin de journée de violents affrontements ont éclaté entre un millier de manifestants et les forces de l'ordre. Des barricades ont été érigées sur la chaussée avec du matériel de chantier et enflammées.

La situation est tout aussi tendue à Saint-Étienne où une voiture de police a été incendiée ou encore à Rennes où la brigade anti-criminalité, a chargé un groupe de manifestants "avec les visages masqués". 

Plusieurs affrontements étaient toujours en cours dans la soirée.