"Gilets jaunes" : les policiers en colère après les violences de l’acte 18

Les violences commises à l’encontre des forces de l’ordre samedi 16 mars continuent de faire couler de l’encre. Les policiers ne les digèrent pas.

France 3

À la mémoire de Xavier Jugelé, victime du terrorisme, une centaine de policiers se sont rassemblés en civil sur les Champs-Élysées (Paris). Venus déposer quelques fleurs et se recueillir, ils expriment aussi leur dégoût. Cette plaque, désormais nettoyée, a été vandalisée samedi 16 mars lors de la manifestation des "gilets jaunes". Pour eux, il s’agit d’un geste inacceptable.

En colère contre leur hiérarchie

Les policiers sont aussi choqués par les affrontements du samedi 16 mars. Pour y répondre, le gouvernement a annoncé un changement de doctrine du maintien de l’ordre : plus de moyens et de nouvelles techniques. Ces annonces étaient attendues par les représentants syndicaux. Les policiers sont aussi en colère contre la politique de leur hiérarchie, ces derniers mois. Selon eux, le limogeage du préfet de police de Paris par le ministre de l’Intérieur est tout sauf une surprise.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers arrêtent un manifestant samedi 16 mars sur les Champs-Elysées, à Paris.
Des policiers arrêtent un manifestant samedi 16 mars sur les Champs-Elysées, à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)