"Gilets jaunes" : le gouvernement n'exclut pas de revenir sur la réforme de l'ISF

Invité sur RTL, Benjamin Griveaux a ouvert la porte à une évaluation de l'impôt sur la fortune immobilière (IFI), qui remplace l'impôt sur la fortune. 

Benjamin Griveaux, le 26 novembre 2018, à Paris. 
Benjamin Griveaux, le 26 novembre 2018, à Paris.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Sous la pression des "gilets jaunes", le gouvernement est-il prêt à revenir sur la très controversé réforme de l'ISF ? Benjamin Griveaux a, en tout cas, ouvert la porte en annonçant sur RTL, mercredi 5 décembre, une possible suppression de l'impôt sur la fortune immobilière (IFI) – introduit par l'exécutif pour remplacer l'impôt sur la fortune – s'il est prouvé qu'il ne fonctionne pas. Le porte-parole du gouvernement a précisé que l'IFI pourrait faire l'objet d'une évaluation à l'automne 2019.

>> Discours du Premier ministre, débat à l'Assemblée nationale... Suivez notre direct sur les "gilets jaunes"

Interrogé par RTL sur une potentielle suppression de l'IFI, Benjamin Griveaux a répondu : "Ce sujet-là n'est pas sur la table mais en revanche, on l'évalue, on le contrôle, que ça se fasse au Parlement." 

Si l'évaluation n'est pas la bonne, le sujet pourra être rouvert. Si une mesure qu'on a prise, qui coûte de l'argent public (...) ne fonctionne pas, si quelque chose ne marche pas, on n'est pas idiots, on va le changer.Benjamin Griveauxsur RTL

Ce n'est pas la première fois que l'exécutif songe à évaluer cette mesure, considérée comme la remplaçante de l'ISF. Invité sur France Inter, lundi 3 décembre, le porte-parole du gouvernement avait déjà confirmé ce besoin "d'évaluer" l'IFI. Mais cette nouvelle annonce s'inscrit dans une grande opération de sortie de crise du gouvernement pour tenter de calmer la colère des "gilets jaunes". Les manifestants réclament depuis plusieurs semaines que l'exécutif réinstaure l'ISF, dont la suppression est considérée comme un cadeau aux plus fortunés.