"Gilets jaunes" : inquiétude dans les centres-villes

La priorité du gouvernement est d'éviter le même scénario que samedi 16 mars. Les manifestations des "gilets jaunes" pourront ou seront interdites dans certains quartiers de Paris, Bordeaux (Gironde), Toulouse (Haute-Garonne) et Nice (Alpes-Maritimes).

FRANCE 3

À Nice (Alpes-Maritime), les "gilets jaunes" braveront-ils l'interdiction de manifester dans les rues samedi 23 mars ? C'est tout un périmètre de l'aéroport à l'hypercentre qui leur a été interdit. Pour autant, la mesure ne rassure pas les commerçants. "On n'est pas à l'abri qu'il y ait des émeutes. S’il y a un attroupement devant mon kiosque, je ne sais pas trop comment faire en réalité", confie une kiosquière.

L'inquiétude demeure chez les commerçants

Même inquiétude pour les commerçants de Bordeaux (Gironde). Ici, les manifestations des "gilets jaunes" dégénèrent en affrontements entre casseurs et forces de l'ordre. Le gouvernement a annoncé l'interdiction de manifester place Pey-Berland ce week-end. En réalité il est déjà interdit de manifester dans certains quartiers de Bordeaux chaque samedi depuis le 24 novembre 2018. Des arrêtés sont pris comme la semaine dernière avec 16 quartiers interdits."Chaque fois qu'un régime politique a voulu interdire de manifester et a envoyé l'armée, ça s'est toujours mal terminé", réagi David Poulain, "gilet jaune". Pour l'instant, on ne connaît pas encore précisément le dispositif policier prévu.

Le JT
Les autres sujets du JT
(VALERY HACHE / AFP)