VIDEO. "Gilets jaunes" : de plus en plus de dégradations de radars depuis le début du mouvement

Partout en France, de nombreux radars ont été vandalisés. Leur réparation risque de coûter cher.

France 3

À Saint-Laurent-en-Caux (Seine-Maritime), le radar automatique de la ville a été scié et les craintes d'accident au carrefour ressurgissent. Cette situation se répète à travers tout le pays où les 3 275 radars sont ciblés depuis des mois. Dernier en date, ce radar incendié du côté de Vesoul (Haute-Saône). Lancé par les anti-80 km/h, le mouvement de neutralisation des radars a été largement amplifié ces dernières semaines par les "gilets jaunes".

Les représentants des associations pour la sécurité routière s'inquiètent du phénomène. "Ces radars n'ont pas été mis là pour embêter les gens, mais pour sauver des vies", rapporte André Abadie, délégué régional de la Ligue contre la violence routière.

De 60 000 à 200 000 euros

Sur le bord des routes, les automobilistes, sont, eux partagés sur les conséquences de ces dégradations. La remise en état du parc de radars va coûter cher. Pour les dégâts légers, il faut compter 500 euros, mais le remplacement complet varie, selon le modèle, entre 60 000 et 200 000 euros. Le budget réparation sera pris dans la manne du milliard d'euros que rapportent chaque année les amendes. Le ministère de l'Intérieur refuse de communiquer le nombre de radars dégradés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Image d\'illustration d\'un radar
Image d'illustration d'un radar (DOMINIQUE FAGET / AFP)