"Gilets jaunes" à La Réunion : un nouveau coup dur pour le tourisme

Sur l’île de la Réunion, à cause des blocages des "gilets jaunes" et des violences, le tourisme accuse le coup. Le couvre-feu vient d'être prolongé.

FRANCE 2

Près de 200 naufragés du ciel et de la mer, obligés de dormir sur des lits de camp, dans l'entrée de l'aéroport international de La Réunion. À 2 heures du matin, dans la nuit de jeudi à vendredi 23 novembre, les touristes auraient dû se trouver sur un bateau de croisière, au large de l’île Maurice. Mais, comme tous les paquebots, il n'a pas pu accoster à La Réunion, par manque de personnel au port, bloqué par les "gilets jaunes". Certains touristes ont pu joindre l’île Maurice en avion, les autres sont piégés, faute de place dans les hôtels de La Réunion.

Un couvre-feu reconduit

Le tourisme de La Réunion est impacté de plein fouet par les "gilets jaunes". Dans les grands hôtels et les restaurants, c'est tout l'approvisionnement qui fait défaut. "Pas de poissons, pas de légumes, la viande non plus, car le port est bloqué", liste Jean-Marie Budeneau, second de cuisine du restaurant le Roland Garros. Et avec le couvre-feu à 21 heures, c'est la moitié du chiffre d'affaires qui s'est envolée depuis trois jours.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un homme passe devant un barrage à Saint-Denis, sur l\'île de La Réunion, le 21 novembre 2018.
Un homme passe devant un barrage à Saint-Denis, sur l'île de La Réunion, le 21 novembre 2018. (RICHARD BOUHET / AFP)