"Gilets jaunes" : 55% des Français souhaitent que le mouvement se poursuive

Les Français continuent toutefois à partager massivement les revendications des "gilets jaunes" sur le pouvoir d'achat, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et "Le Figaro".

Des \"gilets jaunes\" au péage de Biriatou, dans les Pyrénées-Atlantiques, à la frontière franco-espagnole, le 1er décembre 2018.
Des "gilets jaunes" au péage de Biriatou, dans les Pyrénées-Atlantiques, à la frontière franco-espagnole, le 1er décembre 2018. (VALÉRIE MENUT / FRANCE-BLEU PAYS BASQUE)

Une petite majorité de Français (55%) souhaite que le mouvement des "gilets jaunes" se poursuive, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié jeudi 3 janvier.

Démarré en novembre 2018, le mouvement a jusqu'ici bénéficié d'un très fort soutien dans l'opinion, jusqu'aux annonces faites par Emmanuel Macron le 11 décembre dans une allocution télévisée. Alors que les Français ont été jusqu'aux deux tiers à souhaiter une poursuite du mouvement (et même 84% à le trouver "populaire" le 6 décembre), il n'y a aujourd'hui plus qu’une courte majorité à souhaiter que le mouvement continue.

Le soutien des classes populaires, mais plus des cadres

Le mouvement divise toutefois l'opinion selon la catégorie sociale. Jusqu’alors, ce mouvement, émanant de classes moyennes et moyennes inférieures périurbaines, était aussi largement soutenu par les cadres, les urbains et les Français les plus aisés. Ce n'est plus du tout le cas. S'il est encore soutenu par près des deux tiers des ouvriers (64%), à l'inverse, les deux tiers des cadres (66%) souhaitent que le mouvement cesse.

La poursuite du mouvement est appréciée différemment selon le niveau de revenus des personnes interrogées. Près des trois quarts des Français les plus modestes (72%) souhaitent qu'il perdure, alors que près des deux tiers des Français les plus aisés (61%) veulent que le mouvement s'arrête.

>> Sondage : 75% des Français sont mécontents de l’action du gouvernement, sa cote de popularité en baisse

Sur l'échiquier politique, le clivage est là très marqué. 82% des sympathisants La France insoumise (LFI), 77% des Rassemblement national (RN) et 67% des Parti socialiste (PS) souhaitent la poursuite du mouvement des "gilets jaunes". À l'inverse, près de neuf sympathisants La République en marche (LREM) sur dix (89%) veulent son arrêt. Le sentiment est beaucoup plus partagé du côté des personnes se déclarant proches du parti Les Républicains (LR). 45% souhaitent la poursuite contre 55% préférant qu'il se termine.

Le pouvoir d'achat, principale préoccupation des Français

Même si les Français sont moins nombreux à soutenir les "gilets jaunes", ils continuent de partager une partie de leurs revendications. Ainsi, le pouvoir d'achat est la principale préoccupation des Français pour 2019, selon le sondage Odoxa-Dentsu Consulting. Augmenter le pouvoir d'achat est le souhait numéro un de 54% des sondés. La lutte contre le chômage est citée par 32% personnes interrogées.  

Ce rapport s'est totalement inversé par rapport à l'enquête Odoxa publiée le 1er janvier 2015. La baisse du chômage était la priorité pour 59% des Français, soit 27 points de plus que cette année. Quant à la préoccupation sur le pouvoir d'achat, elle n'avait la faveur que de 41% des sondés.

La lutte contre le chômage, préoccupation majeure des décennies passées, est désormais la quatrième priorité des Français. Les deuxième et troisième attentes citées par les personnes interrogées sont la lutte contre la pauvreté (45% de citations, plus 12 points en quatre ans) et la baisse du niveau des impôts et des taxes (41% de citations, plus un point en quatre ans).

Ces préoccupations, mises en exergue depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", supplantent désormais les sujets plus régaliens et sociétaux que sont la sécurité et la délinquance (29%, contre 34% en 2015) et la lutte contre l'immigration clandestine (26%, contre 30% en 2015). À noter enfin que l'amélioration de la protection de l'environnement est citée par 24% des Français. C'est sept points de plus qu'il y a quatre ans (17%).

Cette enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro a été réalisée par internet les 2 et 3 janvier 2019, sur un échantillon de 1 004 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.