Ces personnes qui ont quitté le mouvement des "gilets jaunes"

Les équipes de France 3 ont rencontré plusieurs individus ayant pris leurs distances avec le mouvement des "gilets jaunes". Ils expliquent pourquoi.

FRANCE 3

Nos équipes les ont rencontrés à Strasbourg (Bas-Rhin), Montpellier (Hérault) ou Palavas-les-Flots (Hérault). Tous trois "gilets jaunes", ils ont décidé d’arrêter et nous raconte pourquoi. Christiane Beau, 67 ans, est retraitée dans l’Hérault. Pour elle, être "gilet jaune" s’était lutter contre l’injustice sociale. Elle a partagé ce combat pendant deux mois avec son mari, avant de renoncer en janvier, car elle ne comprenait plus les blocages.

Meurtri par la brutalité

Sophie Rubé, 57 ans et en recherche d’emploi, venait quotidiennement sur un rond-point de Montpellier. Elle a beaucoup discuté et partagé, mais un jour de janvier elle s’est lassée. Abel Ouali, 55 ans, est un ancien commerçant qui vit à Hœnheim (Bas-Rhin), près de Strasbourg. "Gilet jaune" convaincu, il a lui aussi pris ses distances il y a deux semaines, meurtri par toute cette brutalité.  

Le JT
Les autres sujets du JT
Abel Ouali, 55 ans, est un ancien commerçant qui vit à Hœnheim (Bas-Rhin), près de Strasbourg. \"Gilet jaune\" convaincu, il a lui aussi pris ses distances il y a deux semaines, meurtri par toute cette brutalité.  
Abel Ouali, 55 ans, est un ancien commerçant qui vit à Hœnheim (Bas-Rhin), près de Strasbourg. "Gilet jaune" convaincu, il a lui aussi pris ses distances il y a deux semaines, meurtri par toute cette brutalité.   (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 3)