Sinistre sur le sous-marin nucléaire La Perle : "On prévoit toujours son retour en cycle opérationnel dès l'été prochain", affirme le commandant Sirpa Marine

Alexandre Marchi écarte aussi tout "risque radiologique" après un nouveau sinistre sur le sous-marin nucléaire, actuellement en travaux à la base navale de Toulon.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le sous-marin La Perle en rade de Toulon, en 2020.  (PATRICK BLANCHARD / MAXPPP)

Le sinistre "ne modifie pas du tout le programme, on prévoit toujours son retour en cycle opérationnel dès l'été prochain, avec les premiers essais à la mer d’ici la fin d'année ou début d'année prochaine", assure Alexandre Marchis, commandant Sirpa Marine (Service d'informations et de relations publiques des armées), mardi 27 septembre sur franceinfo. Une centaine de pompiers, soit environ la moitié du bataillon des marins-pompiers de Marseille, ont été mobilisés pour maîtriser un sinistre sur le sous-marin nucléaire La Perle, actuellement en travaux à la base navale de Toulon (Var).

"Il n'y a jamais eu de risque radiologique pendant toute l'intervention, le local ayant été bien confiné depuis le début. Toutes les vérifications ont été effectuées et sont toujours en cours pour vérifier qu'il n'y a aucun risque", a-t-il ajouté.

Des travaux à l'origine de la combustion 

Ce lundi midi, une "combustion lente" a eu lieu "dans un des frigidaires du bateau" où sont stockées les vivres, à l'avant du sous-marin. "Elle s'est propagée et il a fallu contrôler pendant plusieurs heures pour vérifier qu'elle ne s'étende pas à l'ensemble du local", explique Alexandre Marchis. La combustion est "probablement" due à des travaux sur le bateau. "On fait en permanence de la soudure, du découpage, donc cela peut créer des étincelles". Après l’incendie qui a eu lieu en juin 2020, "on a tiré un bon retour d'expérience", maintenant, "pendant des travaux dangereux, il y a des rondes en permanence et cela a permis tout de suite de détecter les fumées. Là, vous avez une intervention immédiate qui a été faite par les équipes à bord."

Cette combustion et l'incendie qui a eu lieu en juin 2020 "sont deux évènements complètement différents", a insisté Alexandre Marchis. En juin 2020, le sous-marin La Perle avait été ravagé pendant 14h par un incendie alors qu’il était en maintenance à Toulon. Tout le personnel avait été évacué et il n'y avait eu aucun blessé. La Perle avait dû subir de lourdes réparations à Cherbourg.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chantiers navals

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.