Cet article date de plus d'un an.

Aéroports de Paris : le Conseil constitutionnel officialise l'échec du projet de référendum

La question d'une éventuelle privatisation d'ADP a été repoussée à une date indéterminée par le gouvernement compte tenu de l'effondrement du marché et des difficultés du secteur aérien liés à la crise du coronavirus.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Sur le tarmac de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, près de Paris, le 24 mars 2020.  (THOMAS SAMSON / AFP)

C'est officiel. Le Conseil constitutionnel a constaté jeudi 26 mars l'échec du projet de référendum sur la privatisation du groupe Aéroports de Paris (ADP), qui n'a pas obtenu en neuf mois le soutien de 10% des électeurs exigé pour être validé. "Le nombre de soutiens (...) à recueillir était de 4 717 396" mais seules "1 093 030" signatures ont été enregistrées et validées, indiquent les Sages dans un communiqué.

"La proposition de loi visant à affirmer le caractère de service public national de l'exploitation des aérodromes de Paris n'a donc pas obtenu le soutien d'au moins un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales", souligne l'institution, qui publiera cette déclaration au Journal officiel.

L'opposition mise sur un abandon du projet

La question d'une éventuelle privatisation d'ADP a été repoussée à une date indéterminée par le gouvernement compte tenu de l'effondrement du marché et des difficultés du secteur aérien liés à la crise du coronavirus.

La décision a été bien accueillie par l'opposition, à l'origine du projet de référendum. Elle mise sur un enterrement pur et simple de ce projet gouvernemental controversé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.