On vous explique pourquoi certains redoutent la privatisation d'Aéroports de Paris

En dépit de nombreuses réserves, l'Assemblée doit donner son feu vert à la privatisation du groupe aéroportuaire français, dans le cadre de l'examen de la loi Pacte.

Dans un terminal de l\'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, dans le Val-d\'Oise, le 30 mars 2018.
Dans un terminal de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, dans le Val-d'Oise, le 30 mars 2018. (MAXPPP)

L'Etat peut-il vendre ses "bijoux de famille" ? Le gouvernement veut privatiser le groupe Aéroports de Paris (ADP). Cette privatisation sera rendue possible par l'adoption de la loi Pacte (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises). Le projet de loi doit être examiné en seconde lecture par les députés à partir du mercredi 13 mars.

La perspective d'une privatisation du groupe aéroportuaire provoque de nombreuses critiques. A droite comme à gauche, les oppositions dénoncent une atteinte au patrimoine national, invoquant aussi des arguments économiques autant que des questions de souveraineté ou de sécurité. Pourquoi le gouvernement souhaite-t-il privatiser ADP et pourquoi cela suscite de nombreuses inquiétudes ? Franceinfo vous en dit plus.

Que prévoit le projet de loi ?

Aéroports de Paris, l'un des principaux groupes aéroportuaires mondiaux, bénéficie d'un droit d'exploitation exclusif et sans limitation de durée des aéroports de Paris-Charles-de-Gaulle, Paris-Orly, Paris-le-Bourget ainsi que de dix aérodromes en Ile-de-France. Le projet de loi Pacte prévoit la suppression de l'obligation pour l'Etat de détenir la majorité du capital d'ADP (il détient actuellement 50,6% du capital), ouvrant ainsi la voie à sa privatisation. Le Figaro (article payant) évoque trois scénarios : "Une vente à un seul acteur, une vente à des acteurs diversifiés ou une vente d'une partie seulement des actions de l'Etat."

"Nous avons l'occasion de faire d'ADP un leader mondial tout en désendettant l'Etat et en finançant les innovations futures. Saisissons cette opportunité", a plaidé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, devant la commission spéciale de l'Assemblée nationale sur la loi Pacte, mercredi 6 mars. Le produit des cessions d'actifs d'ADP doit notamment servir à financer des projets innovants dans les nouvelles technologies : "Ce qui est stratégique pour nous, c'est de financer les entreprises du XXIe siècle, l'intelligence artificielle, le stockage des données... Pas celle du XXe siècle", a lancé le ministre. "Nous ne vendons pas les bijoux de famille, nous finançons les futurs joyaux de la couronne", a assuré Bruno Le Maire.

Pourquoi ADP est intéressant ?

Le chiffre d'affaires d'un aéroport inclut les recettes tirées des activités aéronautiques mais aussi celles générées par les commerces, les parkings et les activités immobilières sur la zone aéroportuaire. Et le groupe Aéroports de Paris a réalisé un bénéfice net de 610 millions d'euros en 2018, en progression de 6,9% sur un an.

"Les aéroports métropolitains se sont révélés être des actifs profitables pour les court, moyen et long termes, et des investissements peu risqués, compte tenu de la conjoncture et des perspectives favorables du trafic aérien", estime la Cour des comptes. D'autant que le marché est porteur : selon l'Association internationale du transport aérien, le nombre de passagers dans le monde devrait doubler d'ici 2037.

De plus en plus d'Etats se désengagent de la gestion des aéroports. En cause : les besoins de liquidités et d'investissements faramineux pour développer ou rénover ces plateformes. Selon un rapport sur l'actionnariat des aéroports européens publié en 2016 par l'Airport Council International, 46,8% des sociétés d'exploitation aéroportuaire comptaient de l'actionnariat privé, contre seulement 23% en 2010.

Que craignent les opposants à la privatisation ?

La perte d'une rente financière importante. Le premier argument opposé à la privatisation d'ADP est d'ordre financier : "Pourquoi tuer la poule aux œufs d'or ?" s'est interrogé le député communiste Sébastien Jumel, en référence à la rentabilité actuelle de l'entreprise, lors de l'examen du texte en commission. "On va céder les bijoux de famille", a également lancé Arnaud Viala, du parti Les Républicains. France Culture rappelle aussi les échanges lors l'audition d'Augustin de Romanet, le patron d'Aéroports de Paris :

"Est-ce que vous pouvez nous rappeler ce que rapporte, chaque année, ADP à l'Etat ?

– 170 millions d'euros en dividendes et 260 millions d'euros d'impôts sur les sociétés.

– Des résultats qui sont énormes. On va donc privatiser une machine qui remonte du cash à l'Etat..."

Lors de l'examen du texte devant la commission spéciale de l'Assemblée nationale sur la loi Pacte, les opposants de droite et de gauche ont dénoncé "un mauvais projet", "une faute stratégique""une aberration économique", voire "un abandon de souveraineté nationale", les aéroports représentant des frontières du pays. "Vous jouez les apprentis sorciers", a dénoncé le socialiste Boris Vallaud, évoquant "un énorme gâchis".

Le mauvais souvenir de la privatisation des autoroutes. Une pétition contre la privatisation d'ADP, lancée sur le site Change.org, rassemble plus de 100 000 signataires. Elle fait notamment référence au "scandale de la privatisation des autoroutes qui a abouti à des hausses de tarifs pour les usagers et à des rentes de situation exorbitantes pour les concessionnaires".  Depuis 2006, les contrats liant des sociétés autoroutières (Vinci, Eiffage ou Abertis) à l'Etat sont souvent vilipendés et le gouvernement n'a que peu de prise sur les augmentations annuelles des tarifs.

L'ombre de Vinci. L'entreprise "a fait partie des groupes ayant acquis l'exploitation d'autoroutes lors de la privatisation des années 2000" et "ne cache pas son intérêt pour ADP", souligne Le Figaro (article payant). "Combien de fois Vinci a rendu visite au président Macron ? Combien de fois pour qu'on en soit aujourd'hui à décider la privatisation d'Aéroports de Paris ?", a interrogé le député de La France insoumise François Ruffin. "On s'apprête peut-être à faire un cadeau à des copains. Si c'est Vinci qui bénéficie d'ADP, ce sera un scandale d'Etat", a-t-il poursuivi. Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a aussitôt dénoncé des "insinuations" et une "théorie du complot".

La question du contrôle des frontières. Autre argument avancé en défaveur de la privatisation d'ADP, la perte de souveraineté pour gérer les enjeux liés à un aéroport international et au contrôle des frontières. "On s'aperçoit que l'Etat est le seul acteur capable de faire converger des intérêts sociaux, environnementaux et économiques. Pendant longtemps, on a pensé que ces intérêts contradictoires seraient régulés par le marché, par la magie de l'offre et de la demande", explique Franck Dedieu, professeur d'économie et de culture générale à l'Ipag Business School, à France Culture. Dans une tribune au Monde (article payant), d'autres experts s'inquiètent de la future gestion de Roissy et Orly, portes d'entrée en France métropolitaine et "première frontière de la France avec l'étranger, un enjeu vital et quotidien de sécurité nationale".

Le précédent de Toulouse. En avril 2015, l'Etat avait vendu 49,99% du capital de la société de gestion de l'aéroport de Toulouse à Casil Europe, holding française créée par un groupe d'Etat chinois et un fonds d'investissement hongkongais. Il en a gardé 10,01%. Les conditions de cette vente avaient provoqué de vives critiques, la Cour des comptes la qualifiant même d'"échec" dans un rapport en novembre, épinglant notamment le "manque d'expérience de l'investisseur chinois". Ce dernier cherche actuellement à se désengager.