Cet article date de plus de sept ans.

Rachat de SFR : Vivendi ne négocie qu'avec Numericable, le gouvernement "vigilant"

Le conseil de surveillance de Vivendi a décidé, vendredi 14 mars, d'ouvrir des négociations exclusives avec Numericable, pour le rachat de sa filiale SFR.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Altice, la maison-mère de Numericable, propose 11,75 milliards d'euros pour le rachat de SFR à Vivendi. (ONLY FRANCE / AFP)

Numericable a bel et bien pris le dessus sur Bouygues. Le conseil de surveillance de Vivendi a décidé, vendredi 14 mars, d'ouvrir des négociations exclusives avec Altice, la maison-mère de Numericable, pour le rachat de sa filiale SFR. La période de négociations exclusives s'étalera sur trois semaines, à l'issue desquelles le conseil de surveillance du groupe de télécoms et de divertissement se réunira à nouveau.

"Il [le conseil] estime que cette offre est la plus pertinente pour les actionnaires et les salariés du groupe et qu'elle offre la meilleure sécurité d'exécution", précise le communiqué. Dans le document, Vivendi précise qu'Altice lui propose 11,75 milliards d'euros, ainsi qu'une participation de 32% dans la nouvelle entité Numericable-SFR, en vue de prendre le contrôle du numéro deux français du mobile.

Le gouvernement veille 

Ce retournement de situation avait été anticipé par Arnaud Montebourg le matin-même, alors que la piste du rachat de SFR par son concurrent Bouygues tenait la corde jusque-là. Le groupe avait même signé un accord préalable avec Free pour lui céder son réseau mobile, afin de ne pas être entravé par l'Autorité de la concurrence dans son rachat de SFR.

Le ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon a "pris acte de cette décision". Tout en précisant immédiatement : "Ce rapprochement, s'il devait se confirmer, devra être examiné et validé par les autorités compétentes, l'Arcep et l'Autorité de la concurrence." En effet, "dans ce dossier, le gouvernement est particulièrement vigilant à la question de l'emploi, de l'investissement ainsi qu'aux tarifs et services offerts aux consommateurs", avertit le ministre. 

De son côté la ministre déléguée à l'Innovation et à l'Economie numérique, Fleur Pellerin, a demandé à Altice de préciser ses engagements notamment en matière d'emploi. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rachat de SFR

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.