Cet article date de plus de sept ans.

Syndics de copropriété : toujours trop chers et peu clairs

Dans un rapport publié ce jeudi, l’UFC-Que choisir montre que les gros syndics de copropriété pratiquent des tarifs excessifs. Leurs contrats seraient également pleins de clauses abusives.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Selon l'UFC-Que-Choisir, les gros syndics de copropriété pratiquent encore des tarifs excessifs ©Maxppp)

Tarifs excessifs, clauses abusives, les gros syndics de copropriété ne seraient pas très honnêtes, selon un rapport de l’UFC-Que choisir publié ce jeudi.  

 

L’UFC a étudié les contrats des principaux syndics de copropriété (Foncia, Newxity, Citya, Immo de France, Loiselet & Daigremont) qui représentent 70% du marché et a estimé que le résultat était aussi "désolant, voire plus affligeant " qu'en 2013. Comme l’an dernier, l’observatoire y épingle une "présentation artificieuse des forfaits ", une "prolifération des clauses abusives", des "prix excessifs de prestations particulières ". 

A LIRE AUSSI ►►► Vers une hausse des tarifs des syndics de copropriétés en 2014 ?

Loi Alur pas appliquée

Alors que la loi Alur (accès au logement et urbanisme rénové) qui nécessite plus de documents et engendre des contraintes, a été votée en février, elle est loin d’être appliquée. Elle prévoit notamment la création d’un compte bancaire séparé par copropriété pour rendre la gestion transparente. Mais, selon l’UFC, excepté Citya, les syndics "continuent d'appliquer un surcoût abusif par rapport au compte unique, allant de 20% à 29% ".

 

De plus, les finances de neuf copropriétés sur dix sont toujours gérées par un compte unique.  Concernant les travaux "exceptionnels ", les syndics continuent à se rémunérer jusqu’à 7,8% alors que la loi Alur l’interdit.

A LIRE AUSSI ►►► Un observatoire des syndics pour quoi faire ?

Des forfaits en trompe l’œil

Sur les contrats étudiés, l’UFC a trouvé en moyenne 17 clauses abusives ou illicites. Foncia détient le record avec 25 clauses (frais facturés pour la location d'une salle pour l'assemblée générale, la délivrance d'informations pour le diagnostic de performance énergétique...). Pour Emile Hagège, juriste à l’Arc, "les gros syndics, qui ont les reins les plus solides et dégagent des profits qu'on peut constater, sont ceux qui se plaignent le plus: c'est inadmissible ".

 

Autre point négatif : les forfaits "tout compris ". Ils incluent des prestations dites "particulières " (dont le contenu et les tarifs doivent être fixés par décret) qui sont en fait… des services obligatoires. L’UFC en a trouvé onze pour le "forfait " de Nexity et 18 pour le contrat "Horizon Plus " de Foncia, premier gestionnaire de biens en France.

Alain Bazot, président de l'UFC-Que choisir appelle les copropriétaires à bien se renseigner
écouter

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.