Semaine de quatre jours : "Notre objectif n’est pas de rendre quoi que ce soit obligatoire", affirme Olivier Dussopt

Publié
Durée de la vidéo : 10 min
Olivier Dussopt, ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion, est l’invité des "4 Vérités" de France 2, vendredi 5 mai.
Semaine de quatre jours : « Notre objectif n’est pas de rendre quoi que ce soit obligatoire », affirme Olivier Dussopt Olivier Dussopt, ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion, est l’invité des "4 Vérités" de France 2, vendredi 5 mai. (France 2)
Article rédigé par France 2 - C. Graziani
France Télévisions
Olivier Dussopt, ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion, est l’invité des "4 Vérités" de France 2, vendredi 5 mai.

La semaine de quatre jours est-elle plausible à l’avenir en France ? "C’est quelque chose qui existe, il y a des expérimentations dans le secteur public, mais aussi dans certaines entreprises privées, qui ont fait le choix d’organiser le temps de travail autour d’une semaine de quatre jours", explique Olivier Dussopt, ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion, invité des "4 Vérités" de France 2, vendredi 5 mai.

Dans le détail, à quoi cela correspond-t-il ? "Cela ne signifie pas changer le temps de travail hebdomadaire. Nous avons un temps de travail de 35 heures, avec des possibilités d’heures supplémentaires, de dérogation. Mais cela peut être une organisation. Le gouvernement regarde cela avec intérêt", détaille le ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion.

Proposition de loi Liot sur la réforme des retraites : "Cette proposition n’apporte aucune solution"

Que veut faire le gouvernement sur la semaine de quatre jours ? "Notre objectif n’est pas de rendre quoi que ce soit obligatoire, n’est pas de contraindre, mais c’est simplement une modalité d’organisation à la disposition des partenaires sociaux et des entreprises", précise Olivier Dussopt. Et le ministre d’ajouter : "Cela peut être une solution pour des métiers qui manquent d’attractivité, mais laissons cela à la liberté du dialogue social".

Sur la réforme des retraites, le 8 juin, les députés Liot vont déposer une proposition de loi pour abroger la réforme des retraites. "Cette proposition n’apporte aucune solution. Si cette loi était adoptée, en 2027, notre système de retraite ferait 13 milliards d’euros de déficit par an, en 2030 ce sera 30 milliards d’euros", critique Olivier Dussopt.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.