Cet article date de plus de cinq ans.

Retraites complémentaires : accord de principe entre trois syndicats et le Medef

FO et la CGT l'ont refusé, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC demandent quelques aménagements mais acceptent le principe d'un accord sur base des mesures proposées par le Medef.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Difficiles négociations au siège du Medef, sur les retraites complémentaires © xavier de torres/MAXPPP)

Les représentants de Force ouvrière et de la CGT ont quitté le siège du Medef sans avoir signé d'accord sur les retraites complémentaires. De leur côté, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC ont annoncé un accord de principe, mais demandent encore quelques aménagements. Syndicats de salariés et patronat étaient réunis au siège du Medef, une nouvelle fois, pour trouver une solution de financement pour les caisses de retraite complémentaires Agirc (cadres) et Arrco (tous les salariés du privé). La signature de l'accord est prévue le 30 octobre.

Les dernières propositions du Medef (Sarah Lemoine)
--'--
--'--

Le système de bonus-malus bloque

Le Medef accepte d'augmenter encore un tout petit peu les cotisations des entreprises. Il refuse en revanche de revenir sur la mesure qui vise à faire travailler les salariés plus longtemps, même si elle était un peu adoucie dans la dernière proposition. Cette mesure prévoit qu'à partir de 2019, un salarié qui partirait à la retraite avec tous ses trimestres devrait tout de même travailler une année supplémentaire pour toucher sa retraite complémentaire complète. Sinon, elle serait réduite de 10% pendant trois ans. Mais les retraités les plus modestes seraient épargnés par cette mesure. Le texte prévoit aussi un bonus pour les salariés qui travailleraient encore plus longtemps.

6 milliards d'euros d'économies d'ici 2020

Les déficits de l'Agirc et de l'Arrco ont atteint trois milliards d'euros en 2014. Si ces régimes ne sont pas réformés, les réserves des caisses de l'Agirc seront vides dès 2018 et celles de l'Arrco en 2027. Le dernier plan présenté par le Medef prévoit six milliards d'euros d'économies d'ici 2020.

LIRE EGALEMENT  ►►►  Retraites complémentaires : le Medef fait de nouvelles propositions

Si les délégations FO et la CGT ont claqué la porte en émettant un avis défavorable, les négociations ne sont pas fermées avec les trois syndicats réformistes CFDT, CFTC et CFE-CGC. Les négociations doivent aboutir à un accord pour renflouer les caisses déficitaires Agirc (cadres) et Arrco (tous les salariés du privé).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.