Sécurité sociale : le Sénat vote le budget en ajoutant une mesure controversée sur les retraites

La disposition introduite par les sénateurs prévoit de repousser l'âge légal de départ à la retraite jusqu'à 63 ans en 2025. Elle a toutefois peu de chance de survivre à la navette parlementaire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une carte vitale, photographiée à Lille (Nord), le 20 octobre 2018 (Photo d'illustration). (DENIS CHARLET / AFP)

Le Sénat, majoritairement à droite, a adopté, mardi 17 novembre, en première lecture, le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2021. Les sénateurs ont notamment introduit un article sur les retraites, qui préconise à la fois de repousser l'âge légal de départ à la retraite jusqu'à 63 ans en 2025, et d'accélérer l'allongement de la durée de cotisations pour atteindre 43 annuités dès la génération 1965.

Cet amendement, présenté par le rapporteur LR pour la branche vieillesse, René-Paul Savary, a fait l'effet d'une bombe à gauche, et quelques voix s'en sont désolidarisées à droite. Députés et sénateurs vont tenter dans la foulée de ce vote de se mettre d'accord sur un texte commun en commission mixte paritaire. En cas d'échec, une nouvelle lecture sera organisée dans les deux chambres, l'Assemblée nationale ayant le dernier mot. Cette disposition a donc peu de chance de survivre à la navette parlementaire. Le gouvernement comme le chef de file du groupe LREM à l'Assemblée nationale, Christophe Castaner, sont opposés à cette disposition.

Un projet de loi marqué du sceau du Covid-19

En outre, le Sénat a voté plusieurs dispositions nouvelles, contre l'avis du gouvernement, dont un effort supplémentaire demandé aux complémentaires santé. Côté dépenses, la chambre haute a voté une nouvelle rallonge de 800 millions d'euros pour 2020 demandée par le gouvernement, notamment pour couvrir les dépenses liées à l'augmentation des tests PCR et au déploiement des tests antigéniques.

Avec un déficit de 49 milliards d'euros en 2020, le projet de loi de finances est marqué du sceau du Covid-19. Pour 2021, le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt prévoit un déficit de "27,1 milliards", et "des déficits élevés de plus de 20 milliards d’euros par an" au-delà.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.