Retraites : Jean-Michel Blanquer reconnaît "sans aucun problème" que la réforme "peut créer des problèmes" pour les enseignants

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse, était l'invité de franceinfo le 15 novembre 2019.

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Les enseignants craignent de perdre beaucoup avec la réforme des retraites. Leurs pensions sont calculées sur les six derniers mois de salaire, ce ne sera plus le cas par la suite. "On se rend compte que domaine par domaine cela peut créer des problèmes. C'est vrai dans le cas des enseignants et nous le reconnaissons sans aucun problème", a déclaré vendredi 15 novembre sur franceinfo Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. "L'objectif depuis le début c'est qu'on entre dans le nouveau système qu'en ayant réglé auparavant les problèmes que peuvent poser les nouvelles règles du jeu."

Les rattrapages de rémunérations "portent beaucoup sur les entrants"

Pour trouver des solutions, un observatoire des rémunérations a été mis en place. "Il nous permet d'avoir une idée très précise de la situation, explique Jean-Michel Blanquer. On se rend compte que les rattrapages que l'on doit faire portent beaucoup sur les entrants, les jeunes professeurs". "On est en train d’élaborer une stratégie pour cette amélioration des rémunérations. Dès les années 2020, il y a de premières améliorations. Mais l’objectif c’est d’avoir un raisonnement sur la durée qui est lui-même dépendant de ce qui va se préciser sur la réforme des retraites, de la nature et de son ampleur. C’est assez systémique et ça requiert du temps."

Il y aura bien des augmentations des rémunérations, a confirmé le ministre, mais elles ne seront pas toutes immédiates. "Il y aura des augmentations dépendantes de la réforme des retraites et des augmentations indépendantes. Celles qui sont dépendantes viendront en même temps que la réforme des retraites. C'est-à-dire que si ça commence en 2025, ce sera en 2025, mais il y aura quand même d'autres augmentations entre 2020 et 2025."

Le budget pour l'Éducation nationale "augmente de plus d'un milliard d'euros en 2020", annonce le ministre. 

Ce budget nous permet d'injecter environ 850 millions de pouvoir d'achat l'an prochain. Donc, c'est sérieux.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation

à franceinfo

"J’ai proposé qu’on mette plus de services civiques dans les écoles primaires"

Après le suicide d'une directrice d'école à Pantin, plusieurs mesures ont été annoncées pour décharger les directeurs d'école de démarches qui les épuisent. "Une enquête a lieu en ce moment même avec tous les directeurs de France pour faire remonter les propositions du terrain, assure Jean-Michel Blanquer. Cela nous permettra d'annoncer début 2020, une série de mesures valables pour la rentrée suivante. Elles iront dans le sens de l’allégement des tâches administratives, de l'appui aux directeurs d'école et puis peut-être dans une évolution du statut. Mais tout le monde n’a pas le même point de vue là-dessus."

Pour aider les directeurs d'école, "j’ai proposé qu’on mette plus de services civiques dans les écoles primaires. C’est au mois de janvier que nous verrons si cette idée-là prospère ou pas."

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse, était l\'invité de franceinfo le 15 novembre 2019.
Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse, était l'invité de franceinfo le 15 novembre 2019. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)