Cet article date de plus d'un an.

Reportage Mobilisation intersyndicale du 6 juin : "Un message va être envoyé au gouvernement mais aussi au patronat : vous ne pouvez pas faire les choses de cette manière"

Les syndicats, opposants à la réforme des retraites, dénoncent un nouveau blocage de la part du gouvernement après que le texte du groupe Liot a été vidé de sa substance mercredi. Ils se disent d'autant plus déterminés pour leur prochaine journée d'action, le 6 juin.
Article rédigé par Lauriane Delanoë
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Une nouvelle journée de mobilisation aura lieu le 6 juin 2023, à l'appel de l'intersyndicale. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Le camp présidentiel "passe en force avec de basses manœuvres", tempête la secrétaire générale de la CGT, Sophie Binet au lendemain de l’adoption mercredi 31 mai, d’une version de la proposition de loi du groupe Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires (Liot) vidée de sa substance. Les députés de la commission des affaires sociales ont voté contre l'article 1 qui prévoyait l'abrogation du recul de l'âge légal à 64 ans.

>> Proposition de loi Liot : quels scénarios possibles après le vote contre l'abrogation de la retraite à 64 ans ?

Sophie Binet "appelle solennellement le président de la République et la présidente de l'Assemblée nationale à arrêter immédiatement toutes ces manœuvres scandaleuses et à laisser la démocratie s'exprimer, à laisser le Parlement s'exprimer, à laisser les députés voter enfin sur la réforme des retraites". Et la CGT, comme toute l'intersyndicale, appellent à de nouvelles manifestations mardi prochain, le 6 juin.

Ce sera deux jours avant les débats à l'Assemblée. Ce rendez-vous était déjà fixé, mais la détermination est maintenant encore plus forte, selon le codélégué général de Solidaires, Simon Dutheil. "Bien sûr que la capacité de gagner dans l'immédiat est diminuée. Mais le 6, c'est une journée de mobilisation pour nos retraites pour faire pression aussi sur cette question à l'Assemblée nationale et on dit : venez pour faire pression et pour dire que vous n'êtes pas d'accord avec ce qui se passe aujourd'hui. Et effectivement, c'est un message qui va être envoyé au gouvernement mais aussi au patronat. Vous ne pouvez pas faire les choses de cette manière".

Dans les rues mardi, l'intersyndicale portera aussi ses nouvelles revendications communes sur les salaires, l'environnement, l'égalité femmes-hommes notamment. Autant de futures batailles à mener après celle des retraites.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.